Un soldat, étudiant en yeshiva, retrouvé poignardé à mort en Cisjordanie
Rechercher

Un soldat, étudiant en yeshiva, retrouvé poignardé à mort en Cisjordanie

Les forces de sécurité passent la zone du Gush Etzion au peigne fin pour retrouver le tueur après que le corps de Dvir Sorek a été retrouvé sur la bas-côté d'une route

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des forces de sécurité israéliennes à l'endroit où le corps d'un soldat a été retrouvé lardé de coups de couteaux, près de l'implantation de Migdal Oz, en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Crédit ;Gershon Elinson/Flash90)
Des forces de sécurité israéliennes à l'endroit où le corps d'un soldat a été retrouvé lardé de coups de couteaux, près de l'implantation de Migdal Oz, en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Crédit ;Gershon Elinson/Flash90)

Le corps d’un soldat israélien étudiant en yeshiva, portant plusieurs coups de couteau a été découvert jeudi aux abords d’une implantation en Cisjordanie, a annoncé l’armée, une attaque aussitôt condamnée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Une chasse à l’homme a été lancée.

« Les forces de sécurité mènent une opération afin de capturer ce sale terroriste et de lui régler son compte », a déclaré Netanyahu.

Le corps a été retrouvé dans le secteur du Gush Etzion, entre les villes de Bethléem et Hébron.

La victime, qui a été identifiée comme étant Dvir Sorek, âgé de 18 ans et originaire de l’implantation d’Ofra, étudiait dans une yeshiva de l’implantation Migdal Oz, et avait rejoint l’armée au milieu de ses études, dans le cadre d’un programme spécial combinant études religieuses et service militaire, appelé hesder, a précisé à la radio nationale israélienne le directeur de son école. Il n’était pas vêtu de son uniforme au moment de son assassinat, a indiqué l’armée.

Il était porté disparu depuis mercredi soir. Son corps a été retrouvé à 3 heures du matin, le long d’une route menant à Migdal Oz.

Les autorités considèrent qu’il s’agit d’une attaque terroriste. Jeudi matin, aucun groupe terroriste palestinien n’a revendiqué l’attaque.

Dans un communiqué, le groupe islamiste terroriste palestinien du Jihad islamique, soutenu par l’Iran, a salué sans revendiquer le meurtre du jeune soldat israélien, jugé comme une réponse « légitime » à la présence israélienne en Cisjordanie.

Des soldats israéliens à l’endroit où le corps d’un soldat a été retrouvé lardé de coups de couteaux, près de l’implantation de Migdal Oz, en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Crédit ;Gershon Elinson/Flash90)

Peu après l’annonce de la mort du soldat, l’armée, la police et des membres du Shin Bet, les services de renseignement intérieur, quadrillaient le secteur dans le Gush Etzion, au sud de Jérusalem, a annoncé l’armée.

Cet assassinat survient dans une période d’accalmie relative en Cisjordanie. Elle a été vivement condamnée par les dirigeants israéliens.

« Les forces de sécurité mènent actuellement une chasse à l’homme pour attraper le terroriste et régler l’affaire », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est également ministre de la Défense.

Dvir Sorek, 19ans, a été poignardé à mort en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Autorisation de la famille)

Les informations initiales indiquent que le soldat, qui n’était pas en service, n’a pas été tué là où son corps a été retrouvé, mais qu’il a été kidnappé ailleurs, poignardé à mort puis abandonné sur la route menant à Migdal Oz.

« Il était parti pour Jérusalem dans l’après-midi afin d’acheter un cadeau pour ses professeurs », a déclaré le rabbin Schlomo Wilk. « Trente minutes avant d’être assassiné il était en contact avec nous alors qu’il était dans un bus en route vers la yeshiva », a-t-il ajouté.

« Mais à une centaine de mètres de l’arrêt de bus, avant son entrée dans la communauté, il a été assassiné », a-t-il ajouté. « Il a été retrouvé agrippé aux livres qu’il avait achetés. »

Sorek était le fils de Yoav Sorek, le rédacteur de l’influent Tikvah Fund’s Shiloach Journal.

L’armée enquête sur cet assassinat comme une tentative de kidnapping, comparable au rapt et au meurtre de Naftali Fraenckel, 16 ans, Gilad Shaer, 16 ans, et Eyal Ifrah, 19 ans, qui a eu lieu dans la même région de Cisjordanie en juin 2014. Ces assassinats, par le Hamas, avaient donné lieu à un mois de recherches intensives en Cisjordanie, qui avait ensuite débouché sur une guerre ravageuse menée contre le groupe terroriste du Hamas, à la tête de la bande de Gaza.

Ces derniers mois, les services de sécurité du Shin Bet ont averti que le Hamas a déployé des efforts considérables pour recruter des agents dans le but de mener des attaques en Cisjordanie et en Israël.

« Plusieurs cellules du Hamas ont été découvertes dans les régions de Judée et de Samarie ces dernières années, et ils opèrent sous les ordres du Hamas dans la bande de Gaza. Ils planifient des attaques terroristes contre les Israéliens et des cibles de l’Autorité palestinienne », a déclaré le Shin Bet mardi.

« Les agents en Cisjordanie ont reçu l’ordre de former des cellules pour procéder à des kidnappings, des fusillades et des attaques au couteau, d’acheter des armes et de trouver et recruter davantage d’agents pour mener des activités terroristes », a ajouté le service de sécurité.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...