Rechercher

Un vétéran de Tsahal se réveille, 5 mois après s’être immolé par le feu

Itzik Saidyan s'était immolé en avril pour protester contre le traitement réservé par l'État aux anciens combattants souffrant de stress post-traumatique

Itzik Saidyan, vétéran de l'armée israélienne souffrant de troubles du stress post-traumatique. (Facebook)
Itzik Saidyan, vétéran de l'armée israélienne souffrant de troubles du stress post-traumatique. (Facebook)

Itzik Saidyan, ancien combattant de Tsahal qui s’est immolé en avril pour protester contre le traitement réservé par l’État aux anciens combattants souffrant de stress post-traumatique, a repris connaissance pour la première fois depuis plus de cinq mois, a rapporté l’hôpital où il est soigné.

L’hôpital Sheba, situé à proximité de Tel Aviv, indique que l’état de Saidyan s’est amélioré, qu’il s’est réveillé et qu’il réagit à son environnement.

« Aujourd’hui, pour la première fois, il a vraiment répondu à une question et nous avons tous pleuré », a ajouté le frère de Saidyan, Asvhalom, à la Treizième chaîne. « Pour le moment, il ne peut pas parler et est toujours considéré comme étant dans un état potentiellement mortel, mais il y a une petite amélioration et vous pouvez voir que son corps réagit lentement. »

L’avocat de Saidyan, Aviad Lenchner, a déclaré dans un communiqué que « l’amélioration de son état est une source de joie non seulement parce qu’un pays entier a prié pour son rétablissement, mais aussi parce qu’elle permet au pays de réparer la terrible injustice qui lui a été faite. J’espère qu’Itzik sera le dernier à souffrir de stress post-traumatique et à avoir besoin de choquer tout un pays pour obtenir les droits qu’il mérite. »

Le 13 avril, Saidyan s’est aspergé d’un liquide inflammable et s’est immolé par le feu devant les bureaux du département de la réhabilitation du ministère de la Défense, dans la ville centrale de Petah Tikva.

Saidyan a servi dans la brigade d’infanterie Golani lors de l’opération « Bordure protectrice » en 2014. Il a participé à la bataille de Shuja’iyya, un quartier de la ville de Gaza qui a connu certains des affrontements les plus féroces du conflit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...