Rechercher

Une adolescente inculpée pour terrorisme après une attaque au couteau à Haïfa

La jeune fille de 15 ans voulait "faire du mal à quelqu'un d'origine juive" suite à la mort d'un Palestinien qui aurait apparemment été son petit ami

Le couteau utilisé lors d'une attaque au couteau à Haïfa, le 15 avril 2022. (Crédit: Police israélienne)
Le couteau utilisé lors d'une attaque au couteau à Haïfa, le 15 avril 2022. (Crédit: Police israélienne)

Les procureurs ont mis en examen, lundi, une adolescente qui avait attaqué au couteau un Israélien dans un contexte d’attentats terroristes répétées.

La jeune fille de 15 ans avait été arrêtée après avoir modérément blessé sa victime au couteau, le 15 avril. Selon la police, son père avait alerté les autorités des intentions de sa fille peu avant son passage à l’acte.

Cette mineure, dont l’identité est mise sous embargo, est inculpée pour avoir commis un acte terroriste pour des motifs racistes et pour avoir été en possession d’un couteau.

Selon l’acte de mise en examen, l’adolescente s’était vivement intéressée à la religion et au Mont du Temple avant l’attaque, survenue quelques heures après des affrontements qui avaient opposé Palestiniens et policiers sur le lieu saint de Jérusalem.

Il note aussi qu’elle avait entendu, dans la même matinée, qu’un Palestinien avec lequel elle correspondait était mort de ses blessures, contractées alors qu’il tentait d’agresser les forces de sécurité israéliennes à Jénine. La semaine dernière, des informations ont laissé entendre que ce Palestinien était son petit ami.

Au moins 26 Palestiniens ont été tués au cours de heurts violents avec les soldats israéliens pendant des raids menés en Cisjordanie, ces dernières semaines – et notamment Shawkat Kamal Abed, 17 ans, son petit ami présumé qui avait été grièvement blessé le 14 avril pendant des affrontements avec les troupes israéliennes à Kafr Dan, la ville située aux abords de Jénine dans laquelle il résidait, ont fait savoir les médias palestiniens.

Selon les procureurs, l’adolescente aurait pris, le jour de l’attaque, plusieurs couteaux qui se trouvaient chez elle et elle avait confié à une amie qu’elle voulait mourir « en martyre », ajoutant qu’elle était déterminée à « blesser quelqu’un d’origine juive ». Elle aurait demandé à son jeune frère de la filmer avant de quitter la maison et elle aurait espéré être abattue par les forces de sécurité après avoir commis son attentat.

Les forces de police sur les lieux d’une attaque au couteau présumée à Haïfa, le 15 avril 2022. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Après être arrivée dans un parc de Haïfa, la jeune fille aurait cherché une éventuelle victime et elle avait remarqué Aleksi Yisrael Aidelman, qui était assis sur un banc. Elle l’avait frappé à la tête à l’aide d’une pierre et elle avait ensuite tenté de le poignarder de manière répétée, selon l’acte d’inculpation qui précise que la victime de 47 ans avait été touchée à deux reprises.

Elle aurait crié des slogans propalestiniens pendant l’attaque, et notamment : « La Palestine est à nous et elle le restera ».

L’acte indique aussi que la police était arrivée sur les lieux en compagnie du père de l’adolescente, qui avait pris le couteau des mains de sa fille avant que cette dernière ne soit officiellement placée en état d’arrestation.

Aidelman a été pris en charge pour ses blessures et il a quitté l’hôpital dès le lendemain. Selon les médecins, ses blessures étaient superficielles et n’avaient pas nécessité d’intervention chirurgicale.

Cet incident était survenu dans une période de tensions accrues en Israël et en Cisjordanie, alors que 16 Israéliens ont été tués dans une série d’attentats terroristes. Ce week-end encore, un gardien de la sécurité a été tué aux abords de l’implantation d’Ariel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...