Une ancienne pierre tombale chrétienne découverte dans un parc du Negev
Rechercher

Une ancienne pierre tombale chrétienne découverte dans un parc du Negev

Un agent du parc a découvert la tombe d'une femme décédée il y a 1 400 ans qui porte l'épitaphe suivante et écrite en grec : "Bénie soit Marie dont la vie a été immaculée"

La pierre tombale d'une femme chrétienne morte il y a 1400 ans qui a été découverte dans le parc national de Nitzana, dans le Negev. (Crédit : Emil Aladjem, Autorité israélienne des Antiquités)
La pierre tombale d'une femme chrétienne morte il y a 1400 ans qui a été découverte dans le parc national de Nitzana, dans le Negev. (Crédit : Emil Aladjem, Autorité israélienne des Antiquités)

La tombe d’une femme chrétienne, ayant vécu au 6e ou au 7e siècle de l’ère commune, a récemment été découverte, par hasard, dans un parc national du désert du Negev par un employé qui a trébuché dessus.

La pierre tombale, trouvée dans le parc national de Nitzana, porte une épitaphe écrite en grec et elle appartient à une femme nommée Marie qui, selon l’inscription, se serait éteinte un 9 février.

Cette découverte rare a été faite accidentellement par un employé de l’Autorité des parcs et de la nature, le long d’un sentier de randonnée.

C’est Leah Di Segni de l’Université hébraïque qui a déchiffré l’épitaphe, qui dit « Bénie soit Marie dont la vie a été immaculée » et qui est morte un 9 février, il y a environ 1 400 ans.

« Nitzana est connu pour être un site déterminant en ce qui concerne l’étude de la période de transition entre l’ère byzantine et le début de la période islamique », a commenté Tali Erickson-Gini, de l’Autorité israélienne des antiquités.

Une vue de Nitzana, ancienne ville nabatéenne situé au sud-ouest du désert du Negev en Israël, le 16 décembre 2016. (Crédit : Doron Horowitz/Flash90)

« Au cours du 5e et du 6e siècle, Nitzana a été un centre majeur pour les villages et les implantations qui étaient situés aux alentours. La ville était entre autres une forteresse militaire. Elle abritait des églises, un monastère et un gîte qui accueillait les pèlerins chrétiens qui se rendaient à Sainte-Catherine – ce lieu qui, selon les croyants, était le site où se trouvait le mont Sinaï », a-t-elle ajouté.

Elle a précisé que Nitzana avait été un arrêt nabatéen déterminant sur un itinéraire marchand dès le 3e siècle avant l’ère commune. Le site avait été abandonné au 10e siècle de l’ère commune.

« Contrairement à d’autres villes antiques du Negev, on ne sait que très peu de choses sur les sites d’inhumation situés aux environs de Nitzana », a noté, pour sa part, Pablo Betzer, archéologue au sein de l’Autorité des Antiquités qui travaille sur le district sud. « La découverte d’une inscription telle que celle-ci est susceptible d’améliorer notre définition des frontières des cimetières et de nous aider ainsi à reconstruire les frontières de l’implantation elle-même qui n’ont pas encore été clairement déterminées ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...