Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Une brigade Golani déserte pour protester contre son nouveau commandant ; Tsahal condamne

Les soldats ont dénoncé un traitement injuste qui a culminé avec le remplacement de leur commandant par un officier des parachutistes ; ils devraient faire l'objet de mesures disciplinaires

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats du Golani quittent la base de Tzeelim, dans le sud d'Israël, pour protester contre la nomination d'un nouveau commandant, le 18 avril 2023. (Réseaux sociaux : utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des soldats du Golani quittent la base de Tzeelim, dans le sud d'Israël, pour protester contre la nomination d'un nouveau commandant, le 18 avril 2023. (Réseaux sociaux : utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Dans un incident inhabituel, une compagnie entière de soldats de la Brigade Golani a quitté sa base d’entraînement mardi, apparemment en colère parce qu’on lui avait attribué un nouveau commandant.

L’armée israélienne a condamné cette désertion massive, déclarant dans un communiqué qu’il s’agissait d’un « incident grave qui n’est pas conforme aux valeurs de Tsahal et à ce que l’on attend des soldats de Tsahal ».

Selon une déclaration attribuée aux soldats de la compagnie du 51e bataillon, les troupes étaient en colère à cause d’un prétendu traitement injuste sur « une longue période », qui a culminé avec la destitution de leur commandant.

« La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est l’histoire de notre commandant de compagnie, qui a été un père pour nous pendant quatre mois et qui a porté la compagnie à des niveaux que personne n’aurait cru possibles », ont déclaré les soldats.

Le nouveau commandant était originaire de la Brigade des Parachutistes, ce qui a encore plus énervé les troupes du Golani.

Un post Instagram montrant des soldats quittant la base d’entraînement de Tzeelim, dans le sud d’Israël, avait pour légende : « Commandant de compagnie de parachutistes à Golani = désertion de la compagnie ».

Une pile de fusils d’assaut Tavor est visible dans une pièce de la base de Tzeelim, dans le sud d’Israël, que les soldats ont quitté pour protester contre un nouveau commandant, le 18 avril 2023. (Réseaux sociaux : utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur.

Une autre image circulant sur les réseaux sociaux montre une pile d’armes à feu que les soldats ont laissée derrière eux après avoir été informés de l’arrivée de leur nouveau commandant de compagnie.

On s’attend à ce que les soldats fassent l’objet de mesures disciplinaires une fois qu’ils seront ramenés à la base.

Selon les médias en hébreu, les soldats retournaient à leur base mardi soir, après que des officiers de Tsahal se soient entretenus avec eux.

Les soldats de Golani ont l’habitude de déserter en masse en raison de prétendus traitements injustes dans l’armée.

Lors d’un autre incident récent impliquant des troupes du 51e bataillon, plusieurs officiers et soldats ont été réprimandés et emprisonnés en février après qu’un officier supérieur a été battu lors d’une rixe avec un groupe de soldats.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.