Une campagne d’affiches d’ultra-orthodoxes compare le service militaire à la Shoah
Rechercher

Une campagne d’affiches d’ultra-orthodoxes compare le service militaire à la Shoah

Des affiches montrent des recrues haredi entrant dans Auschwitz, et clament que l'incorporation au sein de l'armée vise les âmes comme les nazis visaient les corps

Les policiers et des hommes juifs ultra-orthodoxes lors d'une manifestation anti-enrôlement à l'armée à Jérusalem le 23 mars 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Les policiers et des hommes juifs ultra-orthodoxes lors d'une manifestation anti-enrôlement à l'armée à Jérusalem le 23 mars 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Une campagne de tracts contre le recrutement des Juifs ultra-orthodoxes au sein de l’armée israélienne compare le service militaire à l’Holocauste.

Des prospectus et des affiches ayant pour titre : « Juifs ! La ville brûle » ont été distribués dans des synagogues ultra-orthodoxes, envoyés dans les boîtes courriel et postés sur des panneaux d’affichage dans des quartiers ultra-orthodoxes, a fait savoir le site internet Kikar Hashabbat mercredi. L’article ne détaillait pas quels quartiers ont été pris pour cible pour cette campagne.

Les affiches montrent une photo de Juifs pendant l’Holocauste émergeant des wagons emblématiques aux abords d’un camp de concentration avec le titre : « Vers la destruction de nos corps » aux côtés d’une image de recrue des forces de défense israélienne avec la légende : « Vers la destruction de nos âmes ».

Une autre image falsifiée montre des soldats ultra-orthodoxes marchant à travers ce qui semble être l’entrée du camp de la mort d’Auschwitz.

« Quelle est la différence entre le terrible Holocauste survenu sur les terres européennes et l’Holocauste terrible qui arrive aujourd’hui et depuis des années en terre sainte ? », interrogent les affiches.

« L’Holocauste de ces jours passés a eu lieu sur des terres européennes et aujourd’hui il se déroule en terre sainte, l’Holocauste de ces jours passés a été mené par d’épouvantables non-juifs, le peuple juif a versé des larmes sur son destin amer et il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour être sauvé – et l’Holocauste d’aujourd’hui se déroule avec la coopération et l’accord de personnes dont l’apparence est celle d’ultra-orthodoxes », dit encore l’affiche.

Il y a eu un pic ces derniers mois des actions parfois violentes menées par des éléments extrémistes de la communauté ultra-orthodoxe qui s’opposent avec véhémence au service militaire obligatoire.

Parmi les initiatives de dénonciation de l’incorporation au sein de l’armée, des protestations de masse de milliers de manifestants à Jérusalem, Bnei Brak et à Beit Shemesh, des municipalités qui ont de fortes communautés orthodoxes. L’arrestation d’objecteurs à la conscription à également donné lieu à d’importantes manifestations.

Les ultra-orthodoxes qui, depuis des décennies jouissent d’une exemption du service militaire, s’opposent à ce qu’ils considèrent comme une observance laxiste des lois juives au sein de l’armée. De récentes tentatives visant à pourvoir aux besoins de recrues ultra-orthodoxes ont rencontré un certain succès mais de nombreux soldats issus de la communauté doivent encore faire face à du harcèlement, des menaces et des agressions lorsqu’ils se trouvent en permission dans les quartiers ultra-orthodoxes.

Certains segments de la société ultra-orthodoxe refusent de reconnaître l’état d’Israël et sont opposés au sionisme en raison de leur croyance que l’établissement d’un état juif ne surviendra qu’après l’arrivée du messie.

Le mois dernier, une fausse bombe a été envoyée au responsable de l’armée en charge du recrutement des soldats ultra-orthodoxe.

Ces attaques ont été dénoncées par les responsables militaires, politiques et par la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...