Une candidate écossaise du Labour pointe du doigt la judéité d’un journaliste
Rechercher

Une candidate écossaise du Labour pointe du doigt la judéité d’un journaliste

Jean Anne Mitchell s'interrogeait sur l'objectivité de Nick Robinson de la BBC ; niant tout acte répréhensible, elle affirme avoir "tant d'amis juifs"

Jean Anne Mitchell, candidate travailliste écossaise pour le West Dunbartonshire, en vidéo du 5 décembre 2019. (Capture décran Twitter)
Jean Anne Mitchell, candidate travailliste écossaise pour le West Dunbartonshire, en vidéo du 5 décembre 2019. (Capture décran Twitter)

Une candidate travailliste écossaise a mis lundi en évidence l’héritage juif d’un journaliste dans un message envoyé après un débat télévisé entre les chefs des partis avant les élections législatives de jeudi au Royaume-Uni.

Jean Anne Mitchell, qui espère être élue députée sous l’étiquette du Parti travailliste écossais dans le West Dunbartonshire, a envoyé les messages dans un groupe WhatsApp pour les candidats, selon le Daily Record.

Le débat était animé par Nick Robinson, un journaliste de la BBC qui s’est décrit lui-même comme « un Juif de naissance, élevé par l’Église catholique, marié à une catholique engagée et aujourd’hui un agnostique ».

Selon le quotidien, Mitchell a partagé ces informations avec le groupe, lesquelles lui avaient été envoyées par des amis non identifiés.

Le chef du parti travailliste de l’opposition Jeremy Corbyn, à gauche, serre la main du premier ministre britannique Boris Johnson, au centre, avec l’animateur du débat Nick Robinson, à droite, lors d’un débat en direct sur les élections aux studios de la BBC à Maidstone, Angleterre, le 6 décembre 2019 (Crédit : Jeff Overs/BBC via AP)

« Nous avons regardé le débat de la BBC animé par Nick Robinson. Tout au long du débat, nous avons eu l’impression que Robinson donnait à [le Premier ministre Boris] Johnson un moment de répit, lui permettant d’éviter de répondre aux questions de l’auditoire et lui laissant plutôt le champ libre pour attaquer [le chef travailliste Jeremy] Corbyn. Nous pensions qu’il était partial. Et puis nous avons fait des recherches sur lui sur Google », peut-on lire dans le message.

Le message incluait les résultats d’une recherche en ligne sur Robinson indiquant que « sa mère est née à Shanghai, où ses parents juifs allemands ont fui dans les années 1930 », précisant que c’est « ce qui le rend juif ». Les messages indiquaient également que le journaliste avait été membre des Young Conservatives, le mouvement de jeunesse des rivaux électoraux du Parti travailliste.

Quand le journal écossais lui a demandé de commenter les messages, Mitchell a dit qu’elle les avait partagés « à titre d’information, rien de plus » et que ce n’était « absolument » pas un soutien, avant d’ajouter qu’elle n’avait pas lu correctement le message sur les origines juives de Robinson.

« J’ai tellement d’amis juifs et je ne ferais jamais, jamais, jamais, jamais rien qui soit antisémite de quelle que façon que ce soit », dit Mitchell.

Le parti travailliste écossais est la division du Parti travailliste britannique qui siège au Parlement écossais. Le mois dernier, le parti national écossais et le Labour écossais ont tous deux suspendu l’un de leurs candidats aux prochaines élections générales au Royaume-Uni en raison d’anciens messages aux relents antisémites sur les réseaux sociaux.

Dans un contexte de préoccupations omniprésentes et persistantes d’antisémitisme au sein du Parti travailliste, un des principaux dirigeants du parti s’est excusé dimanche pour « les souffrances que nous avons infligée » à la communauté juive britannique et a admis que le scandale pourrait affecter les perspectives des travaillistes aux élections générales du 12 décembre en Grande-Bretagne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...