Une carte du Sahara occidental dans un clip de Netanyahu met en colère le Maroc
Rechercher

Une carte du Sahara occidental dans un clip de Netanyahu met en colère le Maroc

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères aurait déclaré que la célèbre carte du Moyen-Orient, dans le bureau du Premier ministre, est "ancienne" et sera remplacée

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une vidéo produite par son bureau dans laquelle il se félicite de l'accord de normalisation entre Israël et le Maroc. (Capture d'écran sur Twitter)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une vidéo produite par son bureau dans laquelle il se félicite de l'accord de normalisation entre Israël et le Maroc. (Capture d'écran sur Twitter)

Une carte délimitant le Maroc du Sahara occidental accrochée dans le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu – et vue en arrière-plan d’un récent clip vidéo – aurait déclenché l’indignation dans le pays arabe, qui a repris ses relations avec Israël la semaine dernière

En échange de la reprise des relations du Maroc avec Israël, les États-Unis ont accepté de reconnaître les revendications du Maroc sur le Sahara occidental.

Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré à un média marocain, en réponse aux critiques, que la carte était « ancienne » et qu’elle serait remplacée, a rapporté lundi le radiodiffuseur public Kan.

« Cela sera corrigé dans les nouvelles cartes qui seront publiées », aurait déclaré le porte-parole.

Des soldats rebelles du Front Polisario pro-indépendance prient dans le village de Tifariti, au Sahara occidental, alors qu’ils commémorent le 35e anniversaire de la RASD (République arabe sahraouie démocratique), le 27 février 2011. (AP Photo/Arturo Rodriguez)

Netanyahu fait souvent référence à la carte du Moyen-Orient qui est accrochée derrière son bureau.

Au début de ce mois, après l’annonce des efforts de normalisation entre Jérusalem et Rabat, les États-Unis ont adopté une « nouvelle carte officielle » du Maroc qui inclut le territoire du Sahara occidental.

Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole contestée et divisée, principalement sous le contrôle du Maroc, où les tensions avec le Front Polisario pro-indépendance ont débuté dans les années 1970.

Des soldats rebelles du Front Polisario pro-indépendance sont vus lors d’un défilé militaire dans le village de Tifariti, au Sahara occidental, le 27 février 2011, pour célébrer le 35e anniversaire de la République arabe sahraouie démocratique. (AP Photo/Arturo Rodriguez)

Le Polisario a condamné « dans les termes les plus forts le fait que le président américain sortant Donald Trump attribue au Maroc quelque chose qui n’appartient pas » au pays, à savoir la souveraineté sur le Sahara occidental.

Le mouvement a rejeté cette annonce et s’est engagé à poursuivre le combat jusqu’à ce que les forces marocaines se retirent de tout le Sahara occidental.

Netanyahu s’est entretenu au téléphone avec le roi du Maroc Mohammed VI vendredi pour la première fois depuis que les deux pays ont convenu de rétablir leurs relations diplomatiques.

La semaine dernière, le ministre marocain du Tourisme a annoncé que des vols directs commenceront à fonctionner entre Israël et le Maroc dans les deux ou trois mois à venir.

Une délégation conjointe israélo-américaine s’est rendue au Maroc mardi pour signer plusieurs accords bilatéraux et une déclaration trilatérale visant à consolider l’accord de normalisation. Le vol du groupe vers Rabat était le premier vol commercial direct d’Israël vers le Maroc.

Jared Kushner, conseiller du président américain (centre) et le conseiller israélien à la sécurité nationale Meir Ben Shabbat (centre-droite) arrivent au palais royal de la capitale marocaine Rabat, le 22 décembre 2020. (Crédit : Fadel Senna / AFP)

Le Maroc abrite la plus grande communauté juive d’Afrique du Nord, qui existe depuis l’Antiquité et s’est développée avec l’arrivée des Juifs expulsés d’Espagne par la monarchie catholique, à partir de 1492.

Elle comptait environ 250 000 personnes à la fin des années 1940, soit 10 % de la population nationale, mais de nombreux Juifs sont partis après la création d’Israël en 1948, fuyant souvent les hostilités locales qui les ont visés lors de la création de l’État juif.

Environ 3 000 Juifs vivent encore au Maroc, et la communauté de Casablanca est l’une des plus actives du pays.

Israël, pour sa part, compte 700 000 Juifs d’origine marocaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...