Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Une « chronologie absolue » de Jérusalem à l’époque du Premier Temple grâce à la datation au carbone

Selon l'Institut Weizmann, ces nouvelles techniques fournissent des moyens sans précédent de dater Jérusalem, qui pourrait avoir été plus grande et plus développée qu'on ne le pensait

De gauche à droite : Eugenia Mintz, Dr. Johanna Regev, Prof. Elisabetta Boaretto et Dr. Lior Regev des laboratoires Elisabetta Boaretto de l'Institut Weizmann des sciences. (Crédit : Autorisation)
De gauche à droite : Eugenia Mintz, Dr. Johanna Regev, Prof. Elisabetta Boaretto et Dr. Lior Regev des laboratoires Elisabetta Boaretto de l'Institut Weizmann des sciences. (Crédit : Autorisation)

Une équipe israélienne a réalisé une percée dans les techniques avancées de datation au radiocarbone, permettant pour la première fois une « chronologie absolue » de Jérusalem à l’âge du fer, à l’époque du Royaume de Juda et du Premier Temple, selon un communiqué de presse publié mardi par l’Institut Weizmann des sciences.

Les chercheurs ont étudié 100 échantillons de matériel organique soigneusement datés et scientifiquement excavés et ont conclu que l’ancienne Jérusalem était plus grande et plus urbanisée que ce qui avait été prouvé précédemment, en particulier au cours des 10e-12e siècles avant notre ère, à l’époque généralement considérée comme celle des rois David et Salomon.

« Jérusalem est une ville vivante ; ce n’est pas un site construit en couches successives », a expliqué le Dr Elisabetta Boaretto, qui a dirigé l’équipe de Weizmann. « Il s’agit d’une ville qui a été constamment reconstruite au fil du temps, et les preuves archéologiques sont rares. Mais malgré ces difficultés, les couches et les couches de construction et le plateau de Hallstatt, nous avons pu établir sa chronologie absolue de l’âge du fer ».

L’étude a été publiée lundi dans la revue à comité de lecture PNAS de l’Académie nationale des sciences. Elle a été menée par des chercheurs du Research Accelerator Mass Spectrometry Laboratory de Dangoor et par des archéologues de l’Autorité israélienne des Antiquités et de l’université de Tel Aviv travaillant sur le site de la Cité de David à Jérusalem.

Les résultats de l’étude ont des implications potentielles non seulement pour les domaines de l’archéologie israélienne et biblique, mais aussi pour l’archéologie de l’âge du fer dans son ensemble, car les chercheurs affirment avoir mis au point des techniques qui permettent de surmonter un problème connu sous le nom de « plateau de Hallstatt », dans lequel la datation traditionnelle au radiocarbone s’avère inexacte lors de l’analyse de matériaux datant d’environ 800-400 avant notre ère, soit la fin de l’âge du fer.

En utilisant des techniques issues du nouveau domaine de la « microarchéologie », l’équipe a méthodiquement trouvé plus de 100 échantillons de matière organique dans des endroits stratégiques des sites de fouilles de l’ancienne Jérusalem, principalement de minuscules graines carbonisées. Ces objets ont été analysés à l’aide de techniques avancées mises au point dans le laboratoire D-REAMS de Weizmann, ce qui a permis d’obtenir « le plus haut niveau d’exactitude et de précision en matière de datation », a déclaré l’institut.

Illustration de ce à quoi ressemblaient probablement les murs de fortification entourant Jérusalem à l’époque du Premier Temple. (Crédit : Leonardo Gurevitz, City of David Archive)

Les résultats ont ensuite été recoupés avec un ensemble de cernes d’arbres datés, ce qui a permis « une évaluation plus précise et plus détaillée de la concentration de radiocarbone dans l’atmosphère au cours de la période étudiée, contribuant ainsi à la création d’une chronologie absolue ».

Ces résultats « absolus » sont différents d’une « chronologie relative », qui est basée sur des preuves céramiques ou des développements architecturaux comparés à des découvertes similaires sur d’autres sites archéologiques, précisent les chercheurs.

Un site de fouilles à Jérusalem portant des traces de la destruction causée par le tremblement de terre de 750 avant notre ère. (Crédit : Johanna Regev)

Les résultats spécifiques à Jérusalem montrent quelques variations par rapport à la séquence d’événements généralement acceptée. Par exemple, le mur dit du roi Ézéchias, ou mur large, une grande fortification découverte dans les années 1970 dans la Vieille Ville de Jérusalem, était censé avoir été construit par Ézéchias dans le cadre des nouvelles défenses de la ville contre une invasion assyrienne, comme le décrivent les Chroniques.

Or, selon les techniques de datation utilisées par les chercheurs – qui exigent que les déblais soient scientifiquement et solidement stratifiés – la construction du mur remonterait à des dizaines d’années plus tôt, au cours du règne du roi Ozias, qui est connu pour avoir reconstruit et remis à neuf la ville après un tremblement de terre majeur.

Les résultats fournissent également « des preuves concrètes de la présence généralisée d’habitations humaines à Jérusalem dès le 12e siècle avant notre ère », selon le communiqué de presse, montrant que la ville était probablement plus densément peuplée à cette époque qu’il n’est généralement admis. En outre, une expansion connue de la ville antique vers l’ouest a été datée avec précision au 9e siècle avant notre ère grâce à ces nouvelles techniques.

Motif de panier carbonisé sur une jarre datant de la destruction de Jérusalem par les Babyloniens en 586 avant notre ère (Crédit : Johanna Regev)

Dans l’ensemble, les résultats constituent « la première contribution significative » qui aborde de manière exhaustive « des questions très controversées et intrigantes de l’histoire ancienne de la ville… en établissant une chronologie absolue à haute résolution couvrant une grande partie de l’âge du fer et l’époque de certains des événements les plus importants de l’émergence de la ville en tant que capitale d’un royaume régional et du début d’une société étatique », soulignent les auteurs dans leur conclusion.

L’étude ne mentionne pas les royaumes des rois David et Salomon, dont les preuves constituent depuis longtemps le « Saint Graal » de l’archéologie biblique. Mais l’étude révèle que l’ancienne Jérusalem était potentiellement une zone urbaine plus développée qu’on ne le pensait, selon le professeur Yuval Gadot de l’université de Tel Aviv, l’un des chercheurs ayant participé à l’étude.

S’adressant à Haaretz mardi, Gadot a déclaré : « Si mon pendule devait osciller dans une direction, compte tenu de ces résultats, il pencherait davantage vers la ville que vers le village ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.