Une conférence annulée à Munich après le rejet d’un orateur pro-Israël
Rechercher

Une conférence annulée à Munich après le rejet d’un orateur pro-Israël

La Conférence pour la paix, alternative à la Conférence pour la sécurité, ne souhaitait pas que le conseiller municipal Marian Offman évoque son opposition au BDS

L'hôtel de ville de Munich. (Crédit : Wikipedia/Pierre André/CC BY-SA)
L'hôtel de ville de Munich. (Crédit : Wikipedia/Pierre André/CC BY-SA)

BERLIN (JTA) – Les organisateurs d’une conférence annuelle à Munich ont annulé l’événement en raison d’accusations d’antisémitisme résultant du rejet d’un orateur pro-Israël.

La polémique tournait autour du rejet par les organisateurs d’un conférencier invité en raison de ses opinions pro-Israël. Le conseiller municipal Marian Offman, qui est juif, avait été désigné par la municipalité bavaroise pour parler au nom du maire Dieter Reiter.

La Conférence internationale de Munich pour la paix se décrit comme une alternative à la Conférence annuelle de Munich pour la sécurité, qui attire les dirigeants du monde entier dans la capitale du Land de Bavière en février.

L’organisateur de l’événement, Thomas Rödl, avait rejeté Offman en partie à cause de l’opposition du conseiller municipal au mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël, que la ville définit comme antisémite. Aucun fonds ou lieu de la ville ne peut être utilisé pour des événements soutenant le BDS.

Après le rejet de la candidature d’Offman comme orateur, les représentants du parti social-démocrate ont demandé à la ville de refuser l’utilisation de l’hôtel de ville de Munich et d’annuler toute subvention financière à la conférence, a rapporté le Suddeutsche Zeitung, un grand quotidien basé à Munich.

Ludwig Spaenle, commissaire à l’antisémitisme pour l’État de Bavière, a qualifié l’incident de clairement antisémite, et la consule générale d’Israël à Munich, Sandra Simovich, a dénoncé un exemple d’antisémitisme lié à Israël.

Dans une lettre ouverte adressée au maire et publiée jeudi, les membres du conseil d’administration, Rödl et Gudrun Haas, ont déclaré qu’ils avaient décidé d’annuler l’événement de février, même si leur conseil avait accepté qu’Offman représente Dieter Reiter.

Ils ont annulé l’événement, parce qu’ils « n’étaient pas en mesure de planifier la conférence de paix tout en résolvant ce conflit de manière mutuellement satisfaisante ». Ils ont réfuté les accusations d’antisémitisme, « regretté » que leur rejet d’Offman soit considéré comme une insulte et espère empêcher une nouvelle escalade de la situation.

« Compte tenu de la situation, nous ne pouvons pas assumer la responsabilité de la sécurité des orateurs et des participants », ont-ils ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...