Une délégation économique israélienne en visite aux Emirats
Rechercher

Une délégation économique israélienne en visite aux Emirats

Le gouvernement israélien a invité une délégation émiratie à venir en Israël, mais aucune date n'a encore été fixée

Une agence de la banque Hapoalim à Jérusalem. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Une agence de la banque Hapoalim à Jérusalem. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Une délégation d’hommes d’affaires israéliens est arrivée mardi à Dubaï pour la première visite du genre depuis l’annonce d’un accord de normalisation entre Israël et les Emirats arabes unis en août, selon la banque israélienne qui organise le déplacement.

Emmené par Dov Kotler, PDG de Bank Hapoalim, la principale banque du pays, ce groupe d’une quinzaine de représentants des secteurs de la high-tech, de la fintech et de l’industrie doit après Dubaï se rendre à Abou Dhabi.

Ils doivent y rencontrer banquiers et hommes d’affaires, lors de cette visite de deux jours, a indiqué une porte-parole de Bank Hapoalim.

Les Emirats n’ont pas communiqué sur cette visite.

« Nous croyons que des contacts directs et discrets avec des dirigeants de banques et des personnalités économiques peuvent permettre de développer des affaires directement », a indiqué M. Kotler avant d’embarquer à bord de son jet privé avec la délégation.

Celle-ci est à la recherche « de nouveaux leviers de croissance », sur fond de maux économiques causés par la pandémie du nouveau coronavirus, a-t-il ajouté, estimant que cette visite était « vectrice de grandes attentes ».

Une deuxième délégation économique, emmenée par des responsables de l’autre grande banque israélienne, Bank Leumi, est attendue aux Emirats le 14 septembre.

Un accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats, parrainé par Washington, a été annoncé le 13 août. Il y a une semaine, un premier vol commercial a eu lieu entre les deux pays.

Le gouvernement israélien a invité une délégation émiratie à venir en Israël, mais aucune date n’a encore été fixée, a indiqué à l’AFP un responsable israélien.

L’accord de normalisation doit permettre de développer les échanges commerciaux dans les secteurs de l’agriculture, des technologies et du tourisme.

Les Palestiniens ont accusé Abou Dhabi de trahison et de violation du consensus arabe qui faisait du règlement du conflit israélo-palestinien une condition sine qua non à la normalisation avec l’Etat hébreu.

L’Egypte et la Jordanie ont signé des traités de paix avec Israël, respectivement en 1979 et en 1994.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...