Une éducatrice arabe inondée d’offres d’emploi après un reportage sur le racisme
Rechercher

Une éducatrice arabe inondée d’offres d’emploi après un reportage sur le racisme

Ranin Lala s'est dite émue par les soutiens après qu'une émission télévisée a montré qu'on lui avait fait plus d'offres en postulant pour des emplois de crèche sous un nom juif

Ranin Lala dans un reportage diffusé le 14 juillet 2020. (Capture d'écran/Treizième chaîne)
Ranin Lala dans un reportage diffusé le 14 juillet 2020. (Capture d'écran/Treizième chaîne)

Une jeune femme qui a fait l’objet d’un reportage aux informations télévisées lundi sur le racisme auquel sont confrontées certaines femmes arabes qui tentent de trouver du travail en tant qu’enseignantes et employées dans des garderies a été inondée d’offres d’emploi.

Ranin Lala, 29 ans, de Jaffa, avait postulé pour plusieurs emplois dans des jardins d’enfants du centre du pays, mais sa candidature a été rejetée ou on lui a demandé d’envoyer un CV avec une photo en annexe.

« Ils veulent toujours une photo quand ils entendent que j’ai un nom arabe », a déclaré Lala.

Cependant, après la diffusion de l’histoire de Lala, des offres d’emploi sont arrivées de tout le pays et du ministère de l’Education, a rapporté la Treizième chaîne.

Ruti Davidovich du jardin d’enfants Gan Ruti à Petah Tikva, 14 juillet 2020. (Capture d’écran/Treizième chaîne)

« Ranin, tu m’as émue », a dit Ruti Davidovich du jardin d’enfants Gan Ruti à Petah Tikva. « Je serais heureuse que vous me contactiez et que vous veniez travailler avec moi ».

Itai Bershadsky du Pashut Gan, dans la ville centrale de Ramat Hasharon, a envoyé à Lala une vidéo dans laquelle il dénonçait ce qui lui était arrivé et lui demandait de venir le rencontrer.

« Il est triste de constater qu’en 2020, les gens sont encore évalués en fonction de leur religion et non de leurs compétences. J’ai vu avec tristesse l’article qui a été diffusé à votre sujet. J’aimerais beaucoup vous rencontrer », a déclaré Bershadsky.

« De voir soudain des gens qui ne me connaissent pas, qui viennent de voir le reportage et qui veulent m’aider et qui ont également honte de ce qui s’est passé – je suis très émue », a déclaré Lala. « Je sens qu’il y a une justice, et que je n’ai pas étudié en vain – que j’ai fait quelque chose de bien et que je vais en faire plus ».

Lala a étudié pendant trois ans au Levinsky College de Tel Aviv, l’une des meilleures institutions du pays pour les futurs éducateurs, mais a constaté que son CV ne correspondait pas à ce qui semblait être une discrimination systémique. La situation a atteint un point où sa mère a suggéré qu’elle change officiellement de nom pour l’aider à trouver du travail, explique-t-elle.

Lala a dit que dès qu’elle a commencé à passer des coups de téléphone et à aller passer des entretiens, elle a réalisé que quelque chose n’allait pas et qu’on lui disait qu’il n’y avait pas d’emplois disponibles alors que c’était le contraire.

Ranin Lala dans un reportage diffusé le 13 juillet 2020. (Capture d’écran : Treizième chaîne)

Lorsque des emplois étaient proposés, ils étaient uniquement dans les jardins d’enfants pour les enfants arabes, demandeurs d’asile ou nouveaux immigrants.

« Je veux pouvoir venir et enseigner tout ce que j’ai appris – les fêtes juives, Yom HaShoah, Yom HaZikaron. En tant qu’Arabe israélienne qui vit en Israël, je vis ces choses. J’aime ce pays, j’aime tout cela », a déclaré Lala. « Je veux rejoindre un jardin d’enfants juif parce que je crois que j’ai quelque chose à y offrir ».

Le reportage suggère que de nombreux directeurs de crèches ont peur de la réaction des parents et ne sont donc pas disposés à embaucher du personnel arabe. Il est illégal en Israël de pratiquer une discrimination fondée sur la religion.

Lorsque Lala a commencé à postuler pour des emplois sous le nom de « Rona Tal », dit-elle, elle a été traitée très différemment. Au lieu d’entendre les employeurs potentiels lui dire qu’il n’y avait pas de postes à pourvoir, on lui a dit à plusieurs reprises qu’il y avait une possibilité qu’il y ait un poste pour elle.

Les Arabes israéliens, qui représentent environ 20 % de la population, se plaignent depuis longtemps d’un racisme bien ancré dans la société israélienne, ce qui leur rend la tâche difficile pour s’intégrer ou trouver un emploi. Une enquête réalisée en 2017 par le professeur Sammy Smooha, chercheur à l’université de Haïfa, a révélé que 48 % des Israéliens juifs ne veulent pas avoir un voisin arabe, 39,8 % des Israéliens juifs ne veulent pas avoir un patron arabe et seulement 51,6 % des Israéliens juifs veulent que les étudiants arabes étudient dans les mêmes écoles que leurs enfants.

Un sondage réalisé lundi par la Treizième chaîne a révélé des attitudes similaires, montrant que 38 % des personnes interrogées s’opposeraient à l’embauche d’un enseignant arabe dans une crèche et s’emploieraient à bloquer un tel projet, tandis que 16 % supplémentaires déclarent que cela les mettrait mal à l’aise mais qu’ils enverraient quand même leur enfant à la crèche.

L’enquête, menée par l’Institut Rushinek, a révélé que 37 % des personnes interrogées ont déclaré que cela ne les dérangerait pas et 9 % ont déclaré qu’elles ne savaient pas. La chaîne n’a pas communiqué la taille de l’échantillon ni aucune information sur la méthodologie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...