Une épidémie de coronavirus à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv – média
Rechercher

Une épidémie de coronavirus à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv – média

Les responsables estimeraient que l'infection se serait propagée parmi le personnel pendant les repas ; il y a 217 nouveaux cas en Israël

Du personnel médical dans une unité de soin du coronavirus à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 4 mai 2020. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)
Du personnel médical dans une unité de soin du coronavirus à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 4 mai 2020. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

Onze membres du personnel de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv auraient été testés positifs au coronavirus.

Ce sont trois médecins, deux infirmiers et six autres employés qui ont été contaminés. L’hôpital pense que cette propagation de l’infection s’est faite au moment des repas, pendant le travail, a fait savoir mardi le site Ynet.

Des responsables de l’hôpital, qui n’ont pas été identifiés, auraient déclaré que les règles de distanciation sociale étaient fréquemment flouées au sein de l’établissement et que cela a notamment été le cas lors d’une récente fête organisée pour le départ d’un interne et qui a rassemblé une vingtaine de personnes dans une seule pièce, un grand nombre d’entre elles ne portant pas le masque.

Les chiffres publiés par le ministère de la Santé, lundi soir, ont montré que 690 personnels médicaux, dans tout le pays, se trouvent actuellement à l’isolement – 97 médecins, 210 infirmiers et 383 autres travailleurs.

Un sapeur-pompier israélien désinfecte l’entrée de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 20 mars 2020 (Crédit : Jack Guez/AFP)

Lundi, le ministère de la Santé a confirmé l’existence d’un cluster à la maison de retraite Medical Palace à Tel Aviv, qui jouxte l’hôpital Ichilov.

Selon le ministère, dix personnes ont été testées positives après un dépistage aléatoire. Cinq employés de la maison de retraite notamment sont asymptomatiques.

L’un des résidents malades a été hospitalisé et un homme âgé avec comorbidité, qui habitait lui aussi la maison de retraite, est mort.

De plus, un médecin de l’unité d’orthopédie de l’hôpital Soroka à Beer Sheva a été infecté. Ceux qui se sont trouvés en contact avec lui devraient recevoir des messages texto leur ordonnant leur placement en quatorzaine – mais seulement s’ils ne portaient pas le masque, le médecin en portant un.

Selon les chiffres du ministère de la Santé qui ont été publiés mardi matin, 217 cas de COVID-19 ont été diagnostiqués au cours des dernières vingt-quatre heures. Un total de 19 338 cas a été enregistré depuis le début de la pandémie.

Après une baisse constante des cas, le nombre d’infections quotidiennes est reparti à la hausse, ces dernières semaines, et il a atteint les 200 en une seule journée, à la fin de la semaine dernière, avant de rebaisser légèrement pendant le week-end.

Parmi les malades, 36 personnes se trouvent dans un état grave, dont 27 sont placées sous respirateur – une petite augmentation depuis les chiffres de ces derniers jours.

44 malades se trouvent dans un état modéré et les autres ne présentent que des symptômes légers.

Les données du ministère font état de 13 425 tests de dépistage au coronavirus qui ont été effectués lundi, un chiffre en dessous des capacités de dépistage israéliennes.

Aucun décès supplémentaire n’a été enregistré et le bilan des morts des suites de la maladie reste donc stable, à 302.

Une grande partie de la responsabilité de la recrudescence de la COVID-19 – la maladie entraînée par le coronavirus – a été attribuée au système scolaire. Des centaines de cas ont été enregistrés dans les écoles et dans les crèches. Le système éducatif tout entier avait été fermé pendant les deux mois du confinement qui avait commencé à la mi-mars.

Le ministère de l’Education a indiqué, lundi, que 52 élèves et enseignants supplémentaires avaient été testés positifs au coronavirus, ce qui fait grimper le nombre total d’infections dans le système éducatif à 578. Il a également noté que 169 établissements scolaires avaient dû fermer leurs portes pour cause de COVID-19.

Mardi, trois nouvelles écoles ont été fermées après des cas de contamination : Ainsi, le lycée Eshel Hanasi, près de Beer Sheva, a cessé les cours après que plusieurs membres d’une famille ont été testés positifs au virus. L’école élémentaire placée dans la ville voisine de Lehavim a également arrêté d’accueillir ses élèves, et l’école élémentaire Haim Hefer, à Netanya, a également fermé jusqu’au 25 juin après l’infection de l’un de ses élèves.

Une haute-responsable israélien du ministère de la Santé a estimé, lundi, que les autorités ne parvenaient pas à comprendre le mode de propagation actuel du coronavirus sur le territoire.

« Actuellement, nous n’avons pas de marqueurs permettant de détecter qui aide à propager le virus, comme c’était le cas au début de l’épidémie. Nous ne savons pas où nous devons nous montrer particulièrement attentifs et où nous devons effectuer plus de tests – et c’est bien le problème », a commenté Sigal Sadetzky, cheffe des services de santé au sein du ministère de la Santé, devant les caméras de la chaîne Kan.

Tandis que de nouvelles infections sont enregistrées dans tout le pays, elle a ajouté que la situation n’était pas « hors de contrôle ».

« La maladie se propage plus lentement maintenant qu’auparavant parce que nous avons appris certaines choses mais nos capacités de traçage sont plus mauvaises que ce qu’elles étaient auparavant. Et ça m’inquiète », a poursuivi Sadetsky. « Si nous ne stoppons pas le virus, il continuera à se propager ».

Le Prof. Sigal Sadetsky, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, s’exprime lors d’une conférence de presse sur le Covid-19 à Tel Aviv, le 27 février 2020. (Avshalom Sassoni / Flash90)

Sadetsky n’a pas expliqué la raison de cette perte de capacité du ministère à identifier les zones de danger et les personnes présentant des risques, même si le Shin Bet a récemment stoppé son programme controversé de traçage des contacts des patients.

Lundi également, le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, s’en est pris aux députés en déplorant leur non-respect du port du masque.

Les parlementaires « déambulent dans toute la Knesset sans porter le masque et ils me qualifient « d’enquiquineur » quand je le leur fais remarquer », a-t-il déclaré en plénière du Parlement.

Yuli Edelstein fait une déclaration à la presse à la Knesset à Jérusalem, le 12 janvier 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Mais quand ils craignent d’avoir attrapé le coronavirus, alors ils utilisent leurs liens personnels, ils font des pirouettes et ils se placent sur le devant de la file pour être testés. Où est l’exemple personnel dans tout cela ? », a-t-il interrogé.

Edelstein a averti que s’il ne devait pas y avoir une adhésion responsable aux règles de distanciation sociale mises en place par le ministère, l’allègement des restrictions sur l’économie pourrait être remis en cause.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...