Une fausse alerte déclenche des sirènes dans le sud, indique l’armée
Rechercher

Une fausse alerte déclenche des sirènes dans le sud, indique l’armée

Les sirènes se sont faites entendre dans la communauté de Netiv Haasara, au nord de Gaza, environ 15 jours après un cessez-le-feu conclu entre l'Etat juif et le Hamas

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des enfants israéliens se précipitent vers un abri pendant une alarme à la roquette provenant de la bande de Gaza, le 8 janvier 2009. (Crédit : Anna Kaplan/Flash90)
Des enfants israéliens se précipitent vers un abri pendant une alarme à la roquette provenant de la bande de Gaza, le 8 janvier 2009. (Crédit : Anna Kaplan/Flash90)

Les sirènes d’alarme à la roquette se sont déclenchées vendredi après-midi dans la communauté de Netiv Haasara, au nord de la bande de Gaza. L’armée a fait savoir qu’il s’agissait d’une fausse alerte.

Ce sont les premières sirènes à résonner dans les communautés israéliennes depuis la conclusion d’un accord de cessez-le-feu entre l’Etat juif et le groupe terroriste du Hamas, qui dirige Gaza, le mois dernier.

Il est impossible de dire pour le moment ce qui a activé les sirènes de Netiv Haasara peu avant 14 heures.

« Concernant les informations portant sur le déclenchement des sirènes, il s’agit d’une fausse alerte », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Il y a eu, le mois dernier, des violences régulières de bas niveau le long de la frontière avec l’enclave côtière, des violences déclenchées par les groupes terroristes de la bande qui se sont livrés à des attaques incendiaires quotidiennes et à des tirs de roquette intermittents. Les militaires israéliens ont riposté avec approximativement cent frappes de représailles contre des sites du Hamas à Gaza.

Une trêve – qui a été négociée par le Qatar, l’Egypte et les Nations unies – a été annoncée le 31 août, mettant dans une majeure partie un terme aux violences.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...