Rechercher

Une femme retrouvée morte à Ashdod ; son ex-mari a été interpellé

Des experts médico-légaux ont été appelés sur les lieux de l’enquête ; la présidente de Naamat évoque le « sombre tableau » des violences faites aux femmes en Israël

Policiers sur les lieux d’un meurtre présumé à Ashdod, le 16 mai 2022. (Crédit : Police israélienne)
Policiers sur les lieux d’un meurtre présumé à Ashdod, le 16 mai 2022. (Crédit : Police israélienne)

Lundi après-midi, la police a annoncé avoir retrouvé une femme âgée de 50 ans, morte dans un appartement de la ville côtière d’Ashdod. La victime porterait des signes de violence sur le corps.

Les premiers intervenants ont trouvé la femme inconsciente et ont rapidement prononcé son décès sur les lieux. La police a été alertée après la découverte de signes de violence sur le corps de la victime.

Le principal suspect est l’ex-mari de la femme, âgé de 54 ans, qui, selon la police, a tenté de s’échapper. Les agents ont fouillé la zone et appréhendé le suspect peu de temps après. Ils l’ont conduit au poste pour l’interroger.

Des experts médico-légaux dépêchés sur les lieux ont recueilli des preuves, a déclaré la police.

« C’est un jour terrible lorsqu’une femme de plus est assassinée en Israël », a déclaré la présidente du groupe de défense des droits des femmes Naamat, Hagit Peer.

Alon Kastiel au tribunal de Tel-Aviv, le 23 juillet 2018. (Crédit : Flash90)

Peer a évoqué le cas du délinquant sexuel condamné, Alon Kastiel, dont la demande de libération anticipée a été autorisée par la Commission des libérations conditionnelles lundi. Elle a également évoqué Yosef Ohayon, chef d’un programme pré-militaire préparant les adolescents à l’armée, arrêté lundi matin car soupçonné d’avoir profité de sa position pour abuser sexuellement des mineurs inscrits à son programme.

Tout en concédant l’absence de lien direct entre les trois cas, Peer a déclaré qu’ils
« brossaient tous un tableau très sombre de la condition des femmes en Israël et de la manière inadéquate avec laquelle les agences de l’État traitent le phénomène de la violence sous toutes ses formes ».

Selon un rapport publié par des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem en janvier, 16 femmes auraient été assassinées en Israël par un parent ou un partenaire en 2021, et 21 en 2020.

Parmi les cas récents, citons une femme de 62 ans, poignardée à mort dans la ville de Kiryat Ata, dans le nord du pays, ce mois-ci, dont le fils a été interpellé comme principal suspect. Un homme de 30 ans de Lod a avoué, le mois dernier, avoir tué sa mère, âgée de 60 ans et une femme de 26 ans a été retrouvée morte dans un appartement de Ramat Gan, en janvier. Son partenaire, âgé de 32 ans, a été interpellé par la police et est soupçonné de son meurtre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...