Une instance du Likud vote une résolution d’annexion de zones de Cisjordanie
Rechercher

Une instance du Likud vote une résolution d’annexion de zones de Cisjordanie

1 500 membres du comité central du Likud, qui en compte 3 700, ont participé à ce vote auquel le Premier ministre est opposé

Les membres du comité central du Likud votent en faveur de l'annexion de parties de la Cisjordanie au Centre de conférences de l'Avenue, à côté de l'aéroport Ben Gourion, le 31 décembre 2017 (Autorisation)
Les membres du comité central du Likud votent en faveur de l'annexion de parties de la Cisjordanie au Centre de conférences de l'Avenue, à côté de l'aéroport Ben Gourion, le 31 décembre 2017 (Autorisation)

De hauts-membres du parti du Likud au pouvoir se sont rassemblés dimanche pour un vote sur une résolution qui recommande vivement aux chefs du parti l’annexion officielle des parties israéliennes de Cisjordanie, et demande de permettre des constructions illimitées dans les implantations.

Dans ce texte, qui n’a aucune valeur légale, les membres du comité central appellent « les parlementaires du Likud à promouvoir la souveraineté israélienne sur la Judée-Samarie », le nom biblique de la Cisjordanie.

Benjamin Netanyahu est pour sa part opposé à cette mesure.

En octobre, il avait décidé de reporter un vote sur un projet de loi controversé qui, selon ses critiques, équivaudrait à une annexion de facto des implantations israéliennes de Cisjordanie situées autour de Jérusalem.

Le Premier ministre israélien fait actuellement face à la surenchère des groupes pro-implantations et de membres de son propre gouvernement, qui sont hostiles à la « solution à deux Etats » et favorables à l’annexion de secteurs de la Cisjordanie.

Les implantations sont largement considérées par la communauté internationale comme illégales et comme un obstacle majeur à la recherche de la paix avec les Palestiniens.

Les implantations de Cisjordanie, où vivent environ 400 000 Israéliens, sont actuellement gouvernés par les règles édictées par le commandement militaire.

Un tel vote réalisé par le comité central du Likud, fort de 3700 personnes, n’est pas contraignant pour les ministres du cabinet mais transporte une force politique au sein du parti.

Selon les médias israéliens, environ 1 500 d’entre eux étaient présents pour voter dimanche. Le président de la Knesset Yuli Edelstein, le ministre des Transports Yisrael Katz, le maire de Jérusalem Nir Barkat et l’ancien ministre du Likud Gideon Saar ont assisté à cette réunion du parti.

Pour sa part, le Premier ministre Benjamin Netanyahu – qui s’oppose depuis longtemps à de telles déclarations idéologiques de la part des institutions de la formation politique mais qui, ces derniers mois, a été désireux de toucher sa base de droite – était absent.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...