Rechercher

Une Israélienne accusée d’espionnage pour le compte de l’Iran tente de se suicider

La femme a été hospitalisée dans un état critique après une surdose de médicaments. Le mari, également inculpé, affirme que le Shin Bet a fait pression sur son épouse

Une femme accusée d’avoir été en contact avec un agent iranien, arrive pour une audience au tribunal de Jérusalem, le 20 janvier 2022. (Yonatan Sindel/Flash90)
Une femme accusée d’avoir été en contact avec un agent iranien, arrive pour une audience au tribunal de Jérusalem, le 20 janvier 2022. (Yonatan Sindel/Flash90)

Une Israélienne arrêtée pour espionnage au profit de l’Iran en décembre a tenté de se suicider à son domicile de Holon, jeudi, ont indiqué les médias israéliens.

Les services de secours, appelés à son domicile, ont constaté qu’elle avait avalé un grand nombre de médicaments et l’ont conduite à l’hôpital dans un état critique.

Le service de sécurité du Shin Bet a déclaré en janvier avoir interpelé cinq Israéliens juifs accusés d’avoir aidé un agent iranien, Rambod Namdar, qui se faisait passer pour juif, à recueillir des renseignements et à nouer des contacts en Israël.

Deux de ces suspects sont la femme de Holon et son mari, dont l’identité est protégée. Selon le Shin Bet, la femme, présentatrice d’une station de radio, était en contact avec Namdar, auquel elle aurait transmis des photos de bâtiments du gouvernement pendant plusieurs années.

Son mari est accusé par le Shin Bet d’avoir été informé de cette relation, d’avoir communiqué avec l’agent iranien et de l’avoir conduit au consulat américain pour y prendre des photos.

Le couple est accusé d’avoir été en contact avec un agent étranger, d’avoir transmis et aidé à transmettre des informations utiles à l’ennemi.

Photo de profil Facebook non datée utilisée par un présumé agent du renseignement iranien, connu sous le nom de Rambod Namdar, pour prendre contact avec des citoyens israéliens, dont plusieurs ont été inculpés le 12 janvier 2022. (Shin Bet)

Le mari a nié les accusations portées contre son épouse et lui-même, lors d’une interview accordée à la Douzième chaîne jeudi soir, après la tentative de suicide de sa femme. Il a accusé le Shin Bet de lui avoir extorqué de faux aveux.

« Ces huit derniers mois, notre vie devenue un enfer », a déclaré le mari.

Selon lui, sa femme a coupé le contact avec Namdar dès qu’elle a eu des doutes sur ses intentions. Il assure en outre que sa femme a « subi des pressions indues » de la part du Shin Bet pendant les interrogatoires et sa détention, affirmant qu’ils lui avaient extorqué de aveux.

L’homme a précisé que le tribunal avait révélé que l’auteur des accusations n’était pas un locuteur persan : « Aussi, comment peut-il nous accuser d’espionnage? »

Il a assuré avoir été élevé dans l’amour d’Israël et être incapable de commettre les crimes qui lui sont reprochés : « Je suis issu d’un foyer sioniste, c’est ainsi que j’ai été éduqué. Dans l’amour pour la terre d’Israël. »

Peu de temps après la tentative de suicide de la femme, le Shin Bet a nié tout comportement abusif lors de l’interrogatoire : « Ce sont des allégations sans fondement. L’enquête a été menée conformément à la loi, sous surveillance légale et médicale.

Illustration : Sur cette photo du 20 novembre 2014, un juif iranien prie à la synagogue Molla Agha Baba, dans la ville de Yazd, à 676 kilomètres au sud de la capitale Téhéran, en Iran. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)

Le Shin Bet a déclaré « rejeter vigoureusement » tout lien entre l’enquête et la tentative de suicide de la femme, à laquelle ils « souhaitent un prompt rétablissement ».

Selon des informations données par le Shin Bet en janvier, aucun des suspects de cette affaire n’avait accès à des documents classifiés importants, et rien ne permet d’affirmer que ce réseau d’espionnage a gravement compromis la sécurité nationale. Il a toutefois révélé un point susceptible d’être utilisé par l’Iran à l’avenir, sans donner plus de détails.

Judah Ari Gross et Jeremy Sharon ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...