Rechercher

Une jeune Palestinienne appelle « à libérer ma Terre des Juifs » à la TV de l’AP

"Oh Seigneur, envoie-les en enfer", a dit la fille lors de la cérémonie d'anniversaire du Fatah qui a été diffusée sur la chaîne officielle de l'Autorité palestinienne

Une fillette palestinienne récite un poème en l'honneur de l'anniversaire de la fondation du Fatah dans une école primaire de Jénine, en Cisjordanie, le 28 décembre 2021. (Capture d'écran/MEMRI TV)
Une fillette palestinienne récite un poème en l'honneur de l'anniversaire de la fondation du Fatah dans une école primaire de Jénine, en Cisjordanie, le 28 décembre 2021. (Capture d'écran/MEMRI TV)

Au mois de décembre, la chaîne de télévision officielle de l’Autorité palestinienne (AP) a diffusé les images d’une jeune fille appelant à « bannir les vauriens de ma Terre » et à « la libérer des Juifs », des propos qui ont été rendus publics et traduits cette semaine par MEMRI (Middle East Media Research Institute).

L’émission a été diffusée le 28 décembre, à l’occasion d’une cérémonie en l’honneur du 57e anniversaire du Fatah qui a été retransmise par la chaîne Palestine TV. On peut y voir une élève d’une école primaire de Jénine lire un poème demandant à Dieu de bannir les Juifs de la région.

« Jérusalem est perdue. Elle a été vendue aux pilleurs par nos plus grands ennemis. Ô seigneur, envoie-les en enfer aux côtés des pécheurs comme Abu Lahab et sauve-nous », dit la jeune fille, se référant à un oncle paternel de Mahomet qui s’était opposé au prophète musulman aux débuts de l’islam.

« Ô seigneur, soutiens les musulmans et rends-leur la Terre sur laquelle ils vivaient, bienheureux », continue-t-elle. « Bannis les vauriens de ma terre, libère-la des Juifs et de tous ceux qui ont massacré les prophètes. Merci ! »

Israël dénonce de manière répétée ce qui s’apparente à des incitations à la violence et au terrorisme et à des textes de haine figurant dans les manuels scolaires et dans les médias palestiniens. Les législateurs européens et américains ont également organisé plusieurs audiences à ce sujet.

L’AP, pour sa part, explique que les contenus de ses médias et de ses programmes scolaires reflètent le narratif national et qu’ils ne constituent pas un discours de haine.

« Nous devons expliquer et justifier ce qui apparaît dans nos programmes – qui reflètent notre narratif, notre identité nationale – alors que personne ne demande à réviser les programmes israéliens, ou les contenus diffusés par les médias israéliens », avait déclaré Mahmoud Abbas, chef de l’AP, lors de l’Assemblée générale des Nations unies de septembre dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...