Une lettre antisémite rédigée par Taft bientôt aux enchères
Rechercher

Une lettre antisémite rédigée par Taft bientôt aux enchères

Le 27e président américain a blâmé la politique juive et le "clanisme" après la nomination de Louis Brandeis à la Cour suprême

Cette photo d'archives de 1930 montre l'ancien Président également chef de la court suprême américaine Justice William Howard Taft. (crédit photo : AP Photo/Files)
Cette photo d'archives de 1930 montre l'ancien Président également chef de la court suprême américaine Justice William Howard Taft. (crédit photo : AP Photo/Files)

Une lettre écrite par l’ancien président William Howard Taft, s’opposant à la nomination de Louis Brandeis pour devenir un juge de la Cour suprême et qualifiée d’antisémite est sur le point d’être mise aux enchères.

La lettre de quatre pages, que Taft a écrite au journaliste juif basé à Washington, Gus Karger, et faisant référence à la judéité de Brandeis, fait partie d’une vente aux enchères en ligne, qui aura lieu jeudi, organisée par Nate D. Sanders Auctions à Los Angeles.

Les appels d’offres pour la lettre, que la maison de vente aux enchères qualifie de « historiquement importante et antisémite », commenceront à 15.000 dollars. La lettre est censée être en assez bon état.

Brandeis, qui allait devenir le premier juge juif du tribunal de grande instance, a été nommé par le successeur de Taft, le président Woodrow Wilson. Taft se serait senti offensé de ne pas être porté candidat.

Dans la lettre, Taft dénonce « l’habileté satanique » et « machiavélique» de Wilson pour sa sélection de Brandeis, qu’il qualifie d’ « hypocrite » « rusé » et de « puissance du mal ».

Taft a écrit : « Les Juifs intelligents de ce pays sont autant opposés à la nomination de Brandeis que je le suis, mais il y a des politiciens dans la communauté juive, qui avec leur clanisme embarrassent les Juifs dirigeants, libéraux et clairvoyants. Je me permets de penser que les principaux Juifs de New York, Boston, Chicago, Saint-Louis, Cincinnati et d’autres villes, qui ne sont pas liés par des soulèvements émotionnels, et qui ne penchent pas vers le socialisme, sont autant troublés par cette nomination et aussi indignés que chacun d’entre nous peut l’être. Mais la prévoyance de Brandeis a étranglé leur expression car ils ont peur de s’attirer de vives critiques par leur propre peuple ».

Louis Brandeis (photo credit: Wikimedia Commons)
Louis Brandeis (photo credit: Wikimedia Commons)

Taft a qualifié Brandeis d’ « extrême judaïsme », une « plante à croissance très lente », alléguant qu’il a embrassé le judaïsme afin d’obtenir une nomination en tant que procureur général des États-Unis, ce qu’il n’a pas obtenu, explique Taft, parce que « les principaux Juifs du pays ont dit à Wilson que Brandeis n’était pas un Juif représentatif ».

Taft a déclaré : « Brandeis a adopté le sionisme, il accorde ses grâces à la nouvelle Jérusalem, et a métaphoriquement été re-circoncis. Il a donné des discours dans tout le pays, éveillant l’esprit juif, arborant même un chapeau dans la synagogue tout en faisant un discours afin d’attirer ces rabbins barbus dont vous avez encouragé l’invitation aux noces d’argent dans de telles proportions. Si cela était nécessaire, je suis sûr qu’il se serait fait pousser la barbe pour les convaincre qu’il est un Juif parmi les Juifs. »

En 1916, le Sénat a approuvé la nomination de Brandeis par un vote de 47 contre 22.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...