Rechercher

Une lettre d’Einstein exhortant le monde à attaquer l’Allemagne mise aux enchères

"Il existe des maladies qui ne peuvent être vaincues par la chirurgie. Je ne peux pas le nier, même si j'abhorre le couteau", écrivait le physicien en 1936

Photo d'une lettre manuscrite et signée par Albert Einstein, adressée à la journaliste danoise Karen Stampe Bendix en 1936, dans laquelle le célèbre physicien exhorte le monde libre à attaquer l'Allemagne nazie. (Crédit: Maison de vente aux enchères Kedem)
Photo d'une lettre manuscrite et signée par Albert Einstein, adressée à la journaliste danoise Karen Stampe Bendix en 1936, dans laquelle le célèbre physicien exhorte le monde libre à attaquer l'Allemagne nazie. (Crédit: Maison de vente aux enchères Kedem)

Une lettre rare manuscrite et signée par le célèbre physicien juif Albert Einstein, qui exhorte les puissances mondiales à adopter une ligne plus dure à l’encontre de l’Allemagne nazie, est proposée aux enchères par la maison de vente Kedem de Jérusalem.

La lettre, adressée à la journaliste danoise Karen Stampe Bendix et datée de 1936, a été rédigée alors que la menace que représentait l’Allemagne nazie pour les Juifs d’Europe devenait de plus en plus évidente, parallèlement à l’extrémisme politique croissant d’Adolf Hitler.

Malgré sa vision pacifiste du monde, Einstein insiste dans cette lettre sur le fait que, dans les circonstances actuelles, il n’y a pas d’autre choix que d’affronter l’Allemagne et même de prendre l’initiative de l’attaquer.

« Il aurait été préférable d’intervenir il y a déjà trois ans », écrit-il.

« Il existe des maladies qui ne peuvent être vaincues sans intervention chirurgicale. Je ne peux le nier, même si j’abhorre le couteau », ajoutait-il, dans une opposition frappante à la position conciliante des puissances du monde libre.

« Le plus regrettable est la faible position de l’Angleterre, dans la mesure où elle repousse effectivement le début de la guerre, mais ne peut certainement pas l’empêcher », a déclaré Einstein.

Albert Einstein, au centre-gauche, et Chaim Weizmann, au centre-droit, étaient tous deux des cibles des nazis. Sur cette photo prise en 1921 à bord du SS Rotterdam, on voit également Benzion Mossinson, à gauche, et Menachem Ussishkin, à droite. (Crédit : Domaine public)

Le physicien juif implore la journaliste danoise de se réconforter dans sa propre situation, affirmant que le Danemark « n’est pas menacé par les turbulences imminentes », et lui promettant que « même si c’est économiquement difficile, il y a encore une étrange consolation dans le fait qu’aucun endroit sur Terre n’est dans une meilleure situation ».

Cette affirmation s’est toutefois avérée fausse, puisque le Danemark a été attaqué et occupé par les forces nazies en 1940.

Einstein termine sa lettre par une description du sentiment dominant aux États-Unis à l’époque, en écrivant : « Ici aussi, il y a un fort taux de chômage et, contrairement à ce qui s’est passé dans le passé, [il y a] une atmosphère de résignation pessimiste face à l’état des choses. D’un autre côté, les circonstances difficiles ici n’ont pas donné lieu aux passions politiques enflammées qui nous sont si familières en Europe. »

Parmi les lettres et notes écrites par Einstein vendues aux enchères ces derniers mois figurent une lettre manuscrite à l’intention d’un ami, dans laquelle il mettait en garde contre l’antisémitisme qui, selon lui, sévissait dans le monde universitaire américain, et ses notes personnelles sur la théorie de la relativité, vendues l’année dernière pour la somme record de 11,6 millions d’euros lors d’une vente aux enchères à Paris.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...