Une loi du Congrès pour que Washington vende des bombes anti-bunker à Israël
Rechercher

Une loi du Congrès pour que Washington vende des bombes anti-bunker à Israël

La proposition exigerait de la Défense qu'elle transfère des munitions capables d'atteindre les infrastructures nucléaires souterraines de l'Iran, mais de gros obstacles demeurent

Prototype du Massive Ordnance Penetrator (bombe massive anti-bunker) de 13,6 tonnes sur un champ de tir à White Sands, Nouveau-Mexique, le 14 mars 2007. (AP/Autorisation Défense Threat Reduction Agency)
Prototype du Massive Ordnance Penetrator (bombe massive anti-bunker) de 13,6 tonnes sur un champ de tir à White Sands, Nouveau-Mexique, le 14 mars 2007. (AP/Autorisation Défense Threat Reduction Agency)

NEW YORK – Un projet de loi bipartisan sera présenté au Congrès cette semaine, pour exiger que le Département américain de la Défense envisage de vendre à Israël des bombes anti-bunker capables de pénétrer des infrastructures souterraines fortement fortifiées, a annoncé mardi l’un des co-parrains du projet de loi.

Les munitions massives, qui sont depuis longtemps recherchées par Jérusalem, sont considérées comme un élément essentiel si jamais Israël tentait de bombarder les installations nucléaires iraniennes, dont certaines sont situées profondément sous terre et hors de portée des munitions qui se trouvent actuellement dans l’arsenal israélien.

Ce projet de loi serait le dernier acte législatif visant à renforcer l’avantage militaire régional d’Israël – ou « Qualitative Military Edge » – que les États-Unis sont déjà légalement tenus de maintenir. Un accord a été signé entre Israël et les États-Unis la semaine dernière, promettant de respecter le QME, ouvrant la voie à l’approbation par Jérusalem de la vente prévue par l’administration Trump d’avions de chasse furtifs F-35 aux Émirats arabes unis, malgré les inquiétudes concernant la diminution de l’avantage d’Israël.

Lors d’un entretien sur Zoom avec l’envoyé spécial des États-Unis pour la lutte contre l’antisémitisme, Elan Carr, le représentant Josh Gottheimer a déclaré que l’objectif de la loi d’autorisation de la défense commune États-Unis-Israël sera « d’aider à garantir la QME d’Israël dans la région et de protéger nos deux pays contre la menace d’un Iran doté de l’arme nucléaire ».

Afin d’atteindre cet objectif, M. Gottheimer a déclaré que le projet de loi exigera du Département de la Défense qu’il consulte Israël et fasse rapport au Congrès sur la capacité d’Israël à contrer une série de menaces régionales, « y compris sur la question de savoir si le transfert de munitions [Massive Ordnance Penetrator (MOP), également connues sous le nom de] « bunker buster »… ferait progresser la sécurité des deux pays ».

Josh Gottheimer, représentant Démocrate du New Jersey, s’exprime lors d’une session Zoom sur l’antisémitisme et les relations entre les États-Unis et Israël, le 27 octobre 2020. (Capture d’écran/Zoom)

Gottheimer, un démocrate faucon représentant le 5e district du New Jersey, devrait présenter vendredi le projet de loi devant la Chambre avec son co-parrain, le représentant de la Floride Brian Mast.

L’effort pour fournir les munitions à Israël devrait se heurter à des obstacles considérables à l’avenir, tant sur le plan juridique que pratique.

La loi fédérale américaine interdit actuellement la vente de ces bunker busters, que le nouveau projet de loi cherchera ostensiblement à amender. Même si la vente devait être approuvée, Israël ne dispose pas actuellement d’un avion physiquement capable de transporter la bombe massive, surtout jusqu’à un pays aussi lointain que l’Iran. Le F-15, qu’Israël utilise comme son bombardier principal, ne peut transporter des armes qu’à peu près la moitié du poids du MOP.

Si les États-Unis tentaient de vendre un avion capable de transporter le bunker buster, ils seraient probablement en contradiction avec le traité de réduction nucléaire New START de 2010 avec la Russie, qui comprend un accord visant à empêcher la vente de bombardiers lourds à une tierce partie. Le pacte doit expirer en février, mais les deux parties ont exprimé leur volonté de le prolonger.

Les MOP n’ont pas été incluses dans le plan d’aide à la défense de 38 milliards de dollars que l’administration Obama a signé avec Israël en 2016, malgré les demandes présumées du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s’était opposé avec véhémence à l’accord nucléaire iranien signé un an plus tôt et qui serait intéressé à acquérir des armes capables de frapper l’infrastructure nucléaire de Téhéran si nécessaire.

Des avions de chasse F-35 israéliens et américains participent à un exercice conjoint au-dessus du sud d’Israël, le 29 mars 2020. (Crédit : Armée israélienne)

La bombe de 13 600 kilos a été rendue opérationnelle en 2011, puis redessinée en termes de guidage et de pénétration, mais n’a jamais été proposée à la vente à Israël. En 2015, le secrétaire d’Etat américain de l’époque, John Kerry, a semblé faire référence à la bombe lorsqu’il a déclaré à la télévision israélienne que Jérusalem devrait avoir une certaine confiance dans une « administration qui a conçu et déployé l’arme qui a la capacité de faire face au programme nucléaire iranien ».

Une plus petite bombe anti-bunker, la GBU-28, a été secrètement vendue à Israël en 2009, bien qu’on ne pense pas qu’elle ait la capacité de pénétrer dans l’installation nucléaire iranienne de Fordo, qui est enterrée profondément sous une montagne.

Des responsables américains ont déclaré au Wall Street Journal en 2015 que les MOP, si elles étaient utilisées, auraient un effet dévastateur jamais vu auparavant par une arme non nucléaire.

Les bombes sont conçues pour être larguées par paire, la première creusant un trou dans les couches de roche et d’acier qui protègent les installations nucléaires souterraines comme celle de Fordo, en Iran, et la seconde suivant immédiatement sur ses talons et détruisant la cible.

Bien que les rumeurs de sabotage entre Israël et l’Iran se soient estompées depuis l’accord nucléaire de 2015, elles ne se sont jamais totalement dissipées, et les préoccupations israéliennes ont été mises en évidence mardi par un rapport de l’agence nucléaire des Nations unies selon lequel l’Iran construisait une nouvelle installation nucléaire souterraine. L’usine d’assemblage de centrifugeuses est destinée à remplacer celle de Natanz qui a explosé au cours de l’été lors de ce que Téhéran a appelé une attaque de sabotage.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, (à droite), et le secrétaire d’Etat américain à la Défense, Mark Esper, lors d’une conférence de presse conjointe au Pentagone, le 22 octobre 2020. (Crédit : Shmulik Almani/ministère de la Défense)

Des membres du Congrès des deux bords ont fait part de leurs inquiétudes concernant les dommages causés au QME d’Israël suite à des rapports selon lesquels l’administration Trump espère conclure un accord pour vendre des F-35 aux Émirats arabes unis dans les prochains mois.

Ces dernières semaines ont vu au moins deux autres textes de loi introduits dans les deux chambres du Congrès qui cherchent à assurer le maintien de la QME d’Israël en s’appuyant sur la liste des exigences que le Département de la Défense est censé respecter lors de la vente d’armes à Israël ou à ses voisins.

La semaine dernière, le ministre de la Défense Benny Gantz et son homologue américain Mark Esper ont signé une « déclaration commune confirmant l’engagement stratégique des États-Unis à maintenir l’avantage militaire qualitatif d’Israël au Moyen-Orient pour les années à venir ».

Bien que l’accord semble être un geste largement symbolique puisque cette responsabilité est déjà inscrite dans la loi américaine, le ministre de la Défense a souligné dans une déclaration qu’il avait des implications dans le monde réel.

Bien que l’accord ne semble pas avoir inclus la vente d’armes, un responsable de la sécurité a déclaré au Times of Israel qu’un certain nombre d’entre elles sont envisagées pour être transférées en Israël.

Quelques jours après la signature de cet accord, Netanyahu a annoncé qu’Israël avait annulé son opposition à la vente de F-35 par les États-Unis aux Émirats arabes unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...