Une maison de vente aux enchères propose une Bible rare et volée par Goering
Rechercher

Une maison de vente aux enchères propose une Bible rare et volée par Goering

Le chef nazi a volé le volume du 17e siècle à un docteur de Beaugency, en France, durant la Seconde Guerre mondiale ; le volume a été récupéré par des soldats français en 1945

Hermann Goering avec un journaliste étranger dans son jardin à Augsbourg, en Allemagne, le 13 mai 1945 (Getty Images via JTA)
Hermann Goering avec un journaliste étranger dans son jardin à Augsbourg, en Allemagne, le 13 mai 1945 (Getty Images via JTA)

Une ancienne Bible, ou Tanach, qui a été volée dans la bibliothèque d’un riche médecin juif français par le leader nazi Hermann Goering, sera vendue aux enchères publiques en Israël.

Goering, qui a volé de nombreux objets précieux juifs, s’intéressait aux trésors hébraïques.

Selon son ex-libris, le livre a été volé en 1945 dans la bibliothèque de la maison d’un médecin juif du nom de J.N. Pellieux à Beaugency, en France, après la campagne nazie dans le pays.

Selon un deuxième ex-libris, le livre a été « extrait de la collection privée de Goering à Berghof dans la région de Berchtesgaden ». Un timbre de la division française à laquelle appartenaient les soldats qui ont capturé la résidence de Goering le 4 mai 1945 apparaît sur le livre.

La Kedem Auction House à Jérusalem a déclaré dans une déclaration que la Bible avait été imprimée par Menasseh Ben Israel à Amsterdam au 17e siècle, « l’une des quelques bibles imprimées par un Juif à l’époque ».

Après la Seconde Guerre mondiale, Goering a été capturé et reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité lors du procès de Nuremberg. Il s’est suicidé en prenant du cyanure la veille de sa pendaison. Le livre faisait partie des centaines d’objets qu’il avait volés pour ses propres collections privées.

En 2005, le livre volé a été légué à un certain M. Rosenfeld de Londres par un aumônier de la division française qui a participé à l’assaut sur la maison de Goering à la fin de la guerre, selon Kedem.

« Cet article, qui nous a été récemment présenté, est d’une valeur historique suprême. Nous espérons qu’il terminera dans l’un des plus importants musées de l’Holocauste dans le monde », a déclaré Maron Eran, propriétaire de Kedem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...