Une plainte pour antisémitisme à Columbia met à l’épreuve le décret de Trump
Rechercher

Une plainte pour antisémitisme à Columbia met à l’épreuve le décret de Trump

Selon l'ONG Lawfare Project, les étudiants juifs du campus new-yorkais "ont enduré des discriminations systématiques de la part de professeurs titulaires et de groupes anti-Israël"

L'université de Columbia (Crédit: CC-BY-SA InSapphoWeTrust/Flickr)
L'université de Columbia (Crédit: CC-BY-SA InSapphoWeTrust/Flickr)

JTA — Une plainte fédérale a été déposée contre l’Université Columbia (New York), accusant l’établissement universitaire de discrimination antisémite.

Il s’agit de la première affaire depuis que le président américain Donald Trump a signé un décret sur la lutte contre l’antisémitisme. Ce décret accorde aux Juifs la même protection qu’aux autres minorités.

La plainte réclame une enquête officielle pour antisémitisme, qui serait menée par le bureau des droits civiques du département d’Education à Columbia. Elle a été déposée par l’ONG Lawfare Project au nom d’un étudiant juif israélo-américain qui dit avoir été victime de discrimination antisémite au cours de l’année écoulée.

Jonathan Karten a confié au Jerusalem Post qu’il avait décidé de porter plainte après qu’il a appris qu’un professeur renommé du Département des études sur le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et l’Afrique à Columbia a soutenu la branche armée du Hamas, les brigades Essezdine al-Qassam, « en toute impunité ». Sharon Edri, l’oncle de Karten a été kidnappé et assassiné par une cellule du groupe terroriste palestinien du Hamas en 1996 en Israël.

Selon l’ONG Lawfare Project, les étudiants juifs de Columbia « ont enduré des discriminations systématiques de la part de professeurs titulaires et de groupes anti-Israël », dont notamment Students for Justice for Palestine et Columbia University Apartheid Divest.

Les étudiants de Columbia ainsi que des employés de la faculté organisent également une Apartheid Week, c’est-à-dire une semaine au cours de laquelle des intervenants antisémites sont invités sur le campus.

Un porte-parole de l’université a refusé de commenter cette plainte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...