Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Une roquette du Hezbollah endommage un poteau électrique ; pannes dans le nord d’Israël

Le groupe terroriste libanais a envoyé un barrage de roquettes, cette nuit ; certaines ont été interceptées par le Dôme de fer ; l'armée israélienne a frappé des sites du Hezbollah après une attaque au missile meurtrière

Capture d'écran du lancement de missiles intercepteurs du Dôme de fer après un tir de barrage de roquettes du groupe terroriste du Hezbollah vers le nord d'Israël, le 4 mars 2024. (Capture d'écran : X, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Capture d'écran du lancement de missiles intercepteurs du Dôme de fer après un tir de barrage de roquettes du groupe terroriste du Hezbollah vers le nord d'Israël, le 4 mars 2024. (Capture d'écran : X, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Le Hezbollah a procédé à un tir de barrage de roquettes en direction du nord d’Israël, dans la nuit de lundi. Les dégâts ont entraîné une panne d’électricité dans plusieurs villes. Par ailleurs, les militaires ont bombardé des cibles au Liban dans le sillage d’une frappe meurtrière du groupe terroriste qui avait eu lieu dans la journée.

Selon l’armée, ce sont, cette nuit, au moins dix roquettes qui ont été tirées depuis le Liban vers l’Ouest de la Galilée. Certains des projectiles ont été interceptés par le Dôme de fer. Aucun blessé n’a été signalé.

Le Conseil régional de Mateh Asher a indiqué qu’une roquette s’était abattue aux abords d’un poteau électrique, entraînant des dommages qui ont causé une panne d’électricité dans un certain nombre de communautés locales.

Le Conseil régional a précisé, dans un communiqué, que la Compagnie israélienne d’électricité œuvrait à réparer le poste qui a été endommagé. Le communiqué n’a pas précisé le nombre de villes affectées par la panne.

Suite à cette panne, Tsahal a annoncé avoir bombardé une série de cibles en guise de réponse à une attaque meurtrière qui avait été commise dans la matinée de lundi. Un travailleur étranger avait été tué et sept autres personnes avaient été blessées lors d’une frappe au missile anti-char, émanant du Liban, qui avait touché un verger situé aux abords de Margaliot, où les ouvriers étaient en train de travailler.

Les avions de chasse ont notamment visé des bâtiments utilisés par le Hezbollah et un centre de commandement à Bint Jbeil, Sultaniyeh, et Seddiqine, a noté l’armée.

Quelques heures auparavant, l’armée avait expliqué avoir bombardé plusieurs bâtiments utilisés par le groupe terroriste dans le sud du Liban.

Elle avait ajouté que les sirènes avaient été activées, plus tôt, dans l’enclave de Galilée en raison « d’une cible aérienne suspecte » qui était entrée dans l’espace aérien israélien depuis le Liban et à cause du missile intercepteur qui avait été lancé pour la neutraliser.

Plusieurs projectiles ont aussi été tirés vers le mont Dov, et Tsahal a fait savoir que l’armée de l’air avait frappé le site d’où ils avaient été tirés dans le sud du Liban.

De plus, le Hezbollah a déclaré que trois de ses membres avaient été tués « sur la route de Jérusalem » – c’est la formule employée par le groupe terroriste pour évoquer ses membres ayant perdu la vie dans des attaques israéliennes.

Hussein Ibrahim, Ali Suwaidan et Abbas Ahmad Hajej appartenaient tous à l’Autorité de la Santé islamique de l’organisation.

Ces morts font grimper à 232 le nombre de membres du groupe terroriste qui ont été tués depuis le 8 octobre – depuis cette date, le Hezbollah a attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le groupe terroriste chiite libanais affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre qui s’y déroule.

Cette photo prise depuis une position dans le nord d’Israël montre un avion de chasse de l’armée de l’air israélienne tirant des fusées éclairantes alors qu’il survole la zone frontalière avec le sud du Liban, le 4 mars 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues alors que les combats se poursuivent entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza. (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)

La majorité des terroristes du Hezbollah ont trouvé la mort au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 37 autres membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et au moins 30 civils, dont trois journalistes, ont également été tués.

Jusqu’à présent, les hostilités à la frontière ont causé la mort de sept civils du côté israélien – en comptant la victime de l’incident survenu lundi impliquant l’ouvrier agricole étranger – ainsi que celle de dix soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.