Une société à Nazareth reçoit des fonds pour empêcher les AVC
Rechercher

Une société à Nazareth reçoit des fonds pour empêcher les AVC

PamBio prétend avoir trouvé un moyen de stopper les saignements aigus et de prévenir les dommages au cerveau après les AVC hémorragiques

Abed et Noha Higazi de PamBio (Crédit : Autorisation)
Abed et Noha Higazi de PamBio (Crédit : Autorisation)

Qu’obtient-on lorsque deux Musulmans israéliens, un Juif israélien et un Chrétien israélien réfléchissent ensemble ? Eh bien, puisque ce n’est pas une énigme, la réponse est un médicament empêchant les AVC.

Créée par le professeur Abed Higazi et le Dr Noha Higazi, tous deux mari et femme, PamBio, une société de biotechnologie, affirme avoir trouvé un moyen d’arrêter les saignements aigus et de prévenir les lésions cérébrales après un AVC hémorragique – une condition qui n’a pas de traitement médicamenteux à l’heure actuelle.

Les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques se produisent habituellement quand un petit vaisseau sanguin se rompt et que le sang s’écoule dans les tissus du cerveau. La seule façon de traiter ce genre d’accident vasculaire cérébral, qui représente 10 à 15 % de tous les AVC, est de percer un trou dans le crâne et de soulager la pression sur le cerveau. Et puis attendre et prier, pour que le saignement s’arrête.

Chaque année, entre 1,5 million et 2 millions de personnes souffrent d’AVC hémorragique dans le monde, dont 31 % meurent dans la semaine, et 59 % dans l’année. Ceux qui survivent à l’accident vasculaire cérébral souffrent d’un handicap grave. Le bilan financier attribué aux AVC aux États-Unis et en Europe est estimé à 43,6 milliards de dollars par an, selon les données fournies par PamBio.

Abed Higazi, un biochimiste clinique qui dirige la Division des laboratoires et le Département de biochimie clinique à l’hôpital Hadassah de Jérusalem ainsi que son épouse, le Dr Noha Higazi, ont découvert que, après un accident vasculaire cérébral hémorragique, le corps réagit d’une manière contraire à l’intuition : au lieu d’augmenter la coagulation, il augmente l’activité anti-coagulante. De ce fait, le saignement continue, conduisant à davantage de dégâts.

Ils ont donc décidé de rechercher une solution pour contrer cette activité accrue, et sont parvenus à mettre au point un médicament qui paraît le faire.

« Nous avons trouvé une solution qui inhibe cette activité et stabilise le nombre de caillots de sang, ce qui empêche le saignement », a déclaré Abed Higazi par téléphone. « Nous avons une validation de principe après avoir essayé nos médicaments sur les porcs et les souris, et maintenant nous devons passer aux essais humains ».

Le médicament – une solution contenant une molécule de protéine qui empêche le saignement et qui est injectée dans le patient par voie intraveineuse – comprennent en minimisant la toxicité du sang dans le cerveau, des effets secondaires réduits et une forte liaison à la cible afin de minimiser la dose requise nécessaire.

Le médicament réduit également la toxicité potentielle des tissus d’immunogénicité et de l’orgue, la compagnie a dit.

Preuve d’études de concept ont montré que la biomolécule de PamBio réduit les saignements dans le cerveau des souris avec un bon pronostic neurologique; que les porcelets traités avec le médicament ont moins souffert de la neurodégénérescence; et que le médicament est efficace pour prévenir une hémorragie générale et systémique, réduisant de moitié le temps de saignement à la fois chez la souris et le volume de saignement chez le rat.

Les avantages du médicament – une solution contenant une molécule de protéine qui empêche le saignement qui est injecté dans le patient par voie intraveineuse – permet de minimiser la toxicité du sang dans le cerveau, de réduire les effets secondaires et s’attache fermement à la cible afin de minimiser la dose requise nécessaire. Le médicament réduit également la potentielle immunogénicité et la toxicité des tissus d’organes, a expliqué la compagnie.

Les études précoces destinées à prouver la validité du concept ont démontré que la biomolécule de Pambio réduit les saignements dans le cerveau des souris avec un bon pronostic neurologique, que les porcelets traités avec le médicament ont moins souffert de la neurodégénérescence, et que le médicament est efficace pour prévenir une hémorragie générale et systémique, réduisant de moitié le temps de saignement à la fois chez la souris et le volume de saignement chez le rat.

À l’avenir, ce médicament sera également utilisé pour traiter d’autres troubles de la coagulation, tels que les lésions traumatiques du cerveau, les lésions générales, les saignements dus à la chirurgie, et les hémorragies post-accouchement, a ajouté Higazi.

« Le prochain défi consistera à transférer ce médicament des laboratoires de recherche en un produit qui est stable et qui peut être fabriqué en quantités commerciales d’une manière efficace », a expliqué le Dr Amos Ofer, le PDG de la compagnie. « Nous avons également besoin de définir un calendrier et des plans pour les essais cliniques que nous espérons commencer en 2019 ».

Les deux Higazis, Ofer et Isabelle Dai, un biologiste et le directeur du laboratoire de l’entreprise, sont les quatre principales personnes derrière l’entreprise, qui ont mis en place une collaboration avec Hadassit, la société de transfert de technologie de l’hôpital Hadassah, et le NGT3 basé à Nazareth. NGT3 est un fonds de capital risque qui détient également une franchise au bureau des Sciences au ministère de l’Economie pour opérer un incubateur technologique dans les domaines des sciences et de la vie.

NGT3 investit dans les starts-up technologiques qui sont au stade de démarrage et les soutient avec une assistance juridique et financière, dans le marketing, dans le développement des affaires et des partenariats, la collecte de fonds, et le développement de produits. Il a également un but social qui est d’accroître la collaboration dans le domaine de la technologie entre les populations arabes et juives d’Israël.

Depuis 2012, le gouvernement israélien a mis en place un certain nombre de programmes pour aider les Arabes israéliens à intégrer dans le marché du travail et l’industrie de la haute technologie, dans un effort pour stimuler la croissance économique et réduire les inégalités. NGT3 a été mis en place dans le cadre de cette initiative. Les Arabes israéliens représentent 21 % de la population d’Israël, mais il y a seulement 5,7 % d’Arabes israéliens employés dans la haute technologie et seulement 2 % des personnes employées dans la recherche et le développement, selon un rapport de l’autorité de l’Innovation d’Israël publié en 2016.

Pambio a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il a réuni, dans un premier tour d’investissement, 7 millions de dollars d’un investisseur privé anonyme qui soutiendra également la société pour qu’elle puisse développer son médicament. Depuis sa création en août 2014, la société a reçu 3 millions de shekels de NGT3 et du gouvernement israélien.

« Un tel investissement considérable à un stade aussi précoce d’une société pharmaceutique, trois ans avant le premier essai sur l’homme, est un accomplissement énorme », a déclaré Zohan Gendler, le PDG de NGT3.

L’investissement permettra à la recherche d’aller plus loin et le développement du médicament de PamBio, avec des études précliniques et cliniques. PamBio prévoit également de recruter des employés supplémentaires dans l’année à venir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...