Une start-up israélienne développant la première cornée synthétique lève 25 M $
Rechercher

Une start-up israélienne développant la première cornée synthétique lève 25 M $

Le produit phare d'EyeYon permettrait aux médecins de traiter l'accumulation de liquide dans la cornée d'une manière peu invasive, en évitant l'utilisation de tissus humains

Image illustrative de l'œil d'une femme (eternalcreative ; iStock par Getty Images)
Image illustrative de l'œil d'une femme (eternalcreative ; iStock par Getty Images)

La start-up israélienne EyeYon Medical a levé 25 millions de dollars en financement de série C afin d’étendre ses essais cliniques pour ce que la société présente comme le premier implant de cornée synthétique au monde qui aidera les médecins à traiter l’œdème cornéen chronique.

L’œdème cornéen est une accumulation de liquide dans la cornée, la lentille transparente qui aide à concentrer la lumière sur l’arrière de l’œil. Le produit phare d’EyeYon, l’EndoArt, permettrait aux médecins de traiter la maladie par une procédure mini-invasive qui évite l’utilisation de tissus humains ou le don de cornée.

Si le gonflement causé par un œdème cornéen devient suffisamment grave pour endommager la vision, une intervention chirurgicale est nécessaire afin de remplacer la cornée entière ou juste la couche endothéliale par des tissus cornéens sains d’un donneur.

Dans une procédure mini-invasive, l’implant EyeYon se fixe à la surface à l’arrière de la cornée, remplaçant le tissu dysfonctionnel qui entraîne l’écoulement d’un excès de liquide dans la cornée. Cette technologie offre une solution plus sûre à ce qui est un symptôme pouvant menacer la vision, a déclaré la startup.

L’implant de cornée artificielle développé par EyeYon. (Idan Gross)

Avec plus de 13 millions de personnes à travers le monde en attente d’une greffe de cornée, la technologie a été développée dans l’espoir de remédier à une pénurie de dons de cornée, qui expose les personnes malades à un risque de cécité.

Des essais cliniques de l’implant sont en cours en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne. En Israël, des essais sont en cours dans les hôpitaux Soroka, Rambam, Sourasky et Barzilai.

Cette dernière levée de fonds – menée par des participants tels que Global Health Sciences (GHS), Fund (Quark Venture LP et GF Securities), BPC et les investisseurs existants Triventures, Rimonci, Pontifax et Diamond BioFund – porte le montant total levé par la société à 36 millions de dollars.

« Le grand intérêt à se joindre à notre dernier cycle de financement reflète la confiance que les investisseurs ont dans notre technologie unique et disruptive », a déclaré Nahum Ferera, cofondateur et PDG d’EyeYon.

L’équipe médicale d’EyeYon, en mars 2021. (Idan Gross)

Fondée en 2011 par Ferera, Ofer Daphna et Arie Marcovich, EyeYon développe des technologies visant à faire face aux défis du monde ophtalmique. La société a également développé une lentille de contact qui agit comme une option thérapeutique pour les affections cornéennes nécessitant un traitement par collyre, en stockant les médicaments oculaires à l’intérieur d’un mini-réservoir au sein de la lentille pendant une période plus longue afin de maximiser la guérison.

Avec ce nouveau financement, EyeYon cherche à étendre ses essais cliniques dans l’espoir de recevoir l’approbation réglementaire aux États-Unis, en Europe et en Chine. En février 2020, EndoArt a reçu une désignation de dispositif révolutionnaire de la part de la Food and Drug Administration (FDA) américaine, contribuant à accélérer l’approbation de la technologie.

La société espère déployer sa cornée synthétique en 2022 en Europe et en 2023-2024 en Chine et aux États-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...