Rechercher

Une statue monumentale – et française – de Dreyfus bientôt en Israël

David De Gourcuff, un sculpteur de Charbonnières-les-Vieilles a reproduit une statue monumentale du capitaine Dreyfus

Hommage au capitaine Dreyfus est une statue de l'artiste français Louis Mitelberg, installée place Pierre-Lafue, Paris (Crédit: Ashrane/Wikimedia Commons)
Hommage au capitaine Dreyfus est une statue de l'artiste français Louis Mitelberg, installée place Pierre-Lafue, Paris (Crédit: Ashrane/Wikimedia Commons)

Le sculpteur David De Gourcuff a réalisé une sculpture massive en bronze à l’effigie du capitaine Alfred Dreyfus et « s’apprête donc à la livrer aux descendants de la famille Dreyfus » qui lui ont passé cette commande rapporte le journal La Montagne.

« C’est pour réaliser ce genre de folie que j’ai quitté mon poste de financier chez Michelin pour créer ma fonderie d’art ! », explique De Gourcuff

« J’ai rencontré Yaël Pearl-Ruiz, son arrière-petite-fille, par une connaissance artistique commune. Elle désirait que nous réalisions une réplique de l’œuvre du sculpteur et caricaturiste Tim, qui se trouve au square Pierre-Lafue à Paris (VIe). Nous avons accepté ce défi sans hésiter ! »

Tim est également l’auteur de ce dessin de presse représentant un déporté cadavérique posant fièrement sur les barbelés d’un camp d’extermination avec légende – et pour répondre à – cette affirmation du général de Gaulle « un peuple fier de lui et dominateur ».

« Mais l’aventure ne s’arrête pas là, poursuit La Montagne. Glissée dans une housse étanche et une immense boite en bois, la statue [a navigué] jusqu’à Tel Aviv ».

Et cette statue sera inaugurée le 27 novembre dans le cadre de la saison croisée France-Israël et sera l’occasion de plusieurs tables rondes, en présence de l’ambassadrice de France en Israël.

Conflit majeur de la IIIe République en France, l’affaire Dreyfus avait profondément divisé la société française pendant douze ans (1894-1906), autour de l’accusation de trahison portée contre le capitaine Alfred Dreyfus, français d’origine alsacienne et de confession juive, qui avait été condamné en 1894 au bagne à perpétuité et finalement innocenté en 1898.

Le lieutenant-colonel Marie-Georges Picquart, chef des services de renseignement et personnage clé du dénouement de l’affaire, avait diffusé les preuves permettant d’innocenter le capitaine Dreyfus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...