Une survivante italienne de la Shoah reçoit 200 messages antisémites par jour
Rechercher

Une survivante italienne de la Shoah reçoit 200 messages antisémites par jour

Début 2018, à l’âge de 88 ans, elle a été nommée sénatrice à vie par le président italien, qui entendait la féliciter pour avoir "honoré la Patrie par des mérites éminents"

Liliana Segre, survivante italienne de la Shoah et sénatrice. (Crédit : capture d’écran YouTube / SenatoItaliano)
Liliana Segre, survivante italienne de la Shoah et sénatrice. (Crédit : capture d’écran YouTube / SenatoItaliano)

Liliana Segre, survivante italienne de la Shoah âgée de 89 ans et sénatrice à vie, est victime de 200 messages antisémites par jour, a rapporté fin octobre le quotidien italien La Repubblica.

Dans l’un des messages consultés par le journal, on pouvait notamment lire : « Cette sale juive s’appelle Liliana Segre. Demandez-vous ce qu’elle a fait pour être payée par nos concitoyens alors qu’elle est pour la venue des migrants ? Hitler, tu n’as pas bien fait ton travail. »

Ces informations ont été intégrées à un rapport spécial du Centre de documentation juive contemporaine à Milan.

Née en 1930 dans une famille juive de Milan, Liliana Segre a été victime des lois raciales du pouvoir fasciste entrées en vigueur en 1938.

Elle a été conduite à Auschwitz en 1944, à l’âge de 13 ans, après avoir tenté de fuir en Suisse avec des proches. Elle est l’une des rares victimes italiennes à en être revenue vivante.

Elle a commencé à témoigner de son histoire en 1990, notamment dans les écoles italiennes – ce qui lui a valu de nombreuses récompenses et décorations de la part de l’Italie.

Début 2018, à l’âge de 88 ans, elle a même été nommée sénatrice à vie par le président italien, Sergio Mattarella, en accord avec l’article 59 de la Constitution. Ce titre entendait la féliciter pour avoir « honoré la Patrie par des mérites éminents dans le domaine social, scientifique, artistique et littéraire ». Elle n’est néanmoins liée à aucun parti politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...