Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Une synagogue de Moselle en instance de classement aux monuments historiques

Des travaux de consolidation d’urgence doivent maintenant être menés afin de sauver l’édifice datant de 1819

L’ancienne synagogue d’Ennery, en Moselle. (Aimelaime / CC BY-SA 3.0)
L’ancienne synagogue d’Ennery, en Moselle. (Aimelaime / CC BY-SA 3.0)

La synagogue d’Ennery, en Moselle, fragile vestige de l’histoire du judaïsme lorrain, est maintenant sous protection. Rima Abdul Malak, ministre de la Culture, l’a en effet placée en urgence sous le régime de « l’instance de classement » au titre des monuments historiques, a rapporté La Croix.

Cette décision du 2 août confère à l’édifice tous les effets du classement pendant un an, mais celui-ci n’est pas définitif. Cela permet ainsi à l’État d’organiser des travaux de consolidation d’urgence et d’étudier les modalités d’une sauvegarde pérenne, en partenariat avec les autorités locales et les propriétaires privés du site.

« En juillet 2023, la Direction régionale des affaires culturelles a constaté l’effondrement partiel d’une ferme de la charpente, entraînant un risque pour la stabilité de l’édifice », a précisé le cabinet de la ministre.

La synagogue était déjà inscrite, mais pas classée au titre des monuments historiques.

Édifiée en 1819, la synagogue, désaffectée depuis 1957 et vendue en 1962, est l’une des premières synagogues à avoir été bâties dans la région de Metz, après l’émancipation des Juifs de France en 1791. Elle constitue aujourd’hui l’un des rares témoignages du judaïsme rural de Lorraine.

Le sénateur Pierre Ouzoulias a salué cette « très bonne nouvelle », se réjouissant de « la volonté de la ministre et du ministère de faire quelque chose pour ce patrimoine juif rural ».

En juillet 2022, avec la commission de la Culture du Sénat, il avait rendu un rapport sur l’état du patrimoine religieux en France. Il s’inquiétait ainsi des menaces pesant sur le patrimoine juif d’Alsace, région qui compte près des deux tiers des synagogues construites en France.

« La moitié d’entre elles auraient déjà été transformées, les membres de la communauté juive ayant, à l’exception des grandes villes, massivement quitté cette région suite aux persécutions intervenues pendant la période nazie », indiquait le rapport.

« Ces petites synagogues de villages n’ont pas toujours beaucoup d’intérêt sur le plan architectural, mais ce sont des lieux de mémoire d’un judaïsme rural qui a quasiment disparu », a expliqué le sénateur.

« Dans l’Alsace occupée, les nazis ont essayé de faire disparaître les traces du judaïsme », ajoute-t-il. « À Strasbourg, ils ont brûlé la synagogue ancienne, mais dans les campagnes, le vandalisme a été moins efficace. Il serait dramatique que ce patrimoine qui est parvenu à échapper à l’entreprise de destruction nazie ne finisse aujourd’hui par disparaître, faute de protection. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.