Une ville d’Ukraine donne le nom du Rabbi de Loubavitch à une rue
Rechercher

Une ville d’Ukraine donne le nom du Rabbi de Loubavitch à une rue

Dnepropetrovsk, où vivent 50 000 Juifs, honore Menachem Mendel Schneerson, qui a fui la ville dans les années 1930

Le rabbin Menachem Mendel Schneerson. (Crédit : Mordecai Baron/Wikipedia)
Le rabbin Menachem Mendel Schneerson. (Crédit : Mordecai Baron/Wikipedia)

La ville de Dnepropetrovsk en Ukraine orientale a nommé une rue d’après Menachem Mendel Schneerson, le dernier et le plus éminent Rabbi Loubavitch, qui a fui la ville après que des agents communistes aient arrêté son père dans les années 1930.
 
La plaque de la rue Menachem Mendel Schneerson a été dévoilée dimanche à Dnepropetrovsk par le grand rabbin de la ville, Shmuel Kaminezki, qui est l’un des émissaires les plus importants du mouvement Habad Loubavitch en Ukraine. La mesure s’inscrit dans le cadre d’une politique nationale plus vaste visant à remplacer les noms de personnalités de l’ère soviétique avec des héros nationaux ukrainiens.

« Ceci est un événement très important pour la ville et pour le pays en général, » a dit Kaminezki lors de la cérémonie de changement de nom de la rue, dans laquelle se trouve une école juive.

« Je tiens à souligner que ce n’est pas la communauté juive qui a initié ce changement de nom. La décision de nommer une rue d’après le Rabbi a été prise par les Ukrainiens, qui connaissent l’histoire de leur ville et de leur pays et en sont fiers, » a-t-il indiqué dans un communique publié sur le site Web de la communauté.

Photo d'illustration d'un Juif ultra-orthodoxe en train de prier la veille de Rosh Hashanah à Ouman, Ukraine (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Photo d’illustration d’un Juif ultra-orthodoxe en train de prier la veille de Rosh Hashanah à Ouman, Ukraine (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Dnepropetrovsk, qui est un des plus importants centres juifs d’Ukraine et a une communauté juive forte de 50 000 âmes, a déjà une rue Sholem Aleichem, du nom de l’écrivain yiddish. La communauté est propriétaire d’un complexe géant de 22 étages qui a été ouvert en 2012 et dont la construction en forme de menorah a coûté 100 millions de dollars.

La communauté juive d’Ukraine a moins apprécié d’autres changements de nom.

Eduard Dolinsky, le directeur du Comité juif ukrainien, a condamné le mois dernier un plan de nommer des rues d’après Stepan Bandera et Roman Shukhevych, des nationalistes qui sont largement soupçonnés d’être responsables de la violence meurtrière contre les Juifs pendant la Shoah.

« Mes compatriotes doivent savoir que Bandera et Shukhevych me considéraient ainsi que tous les Juifs ukrainiens – enfants, femmes et personnes âgées – comme les ennemis des Ukrainiens, » a-t-il écrit sur Facebook.

Le directeur de l’Institut ukrainien de la mémoire nationale, Vladimir Vyatrovich, a déclaré dans un communiqué que Kiev va bientôt nommer une rue en l’honneur des nationalistes tandis qu’une autre rue serait appelée Janusz Korczak, le nom de plume de Henryk Goldszmit, un éducateur juif polonais qui était assassiné à Auschwitz.

Bandera et Shukhevych avaient collaboré avec les forces nazies qui occupaient ce qui est maintenant l’Ukraine et sont soupçonnés d’avoir commandé des troupes qui ont tué des milliers de Juifs.

Jadis considérés par les autorités ukrainiennes comme illégitimes pour servir de modèles nationaux en raison de leurs crimes de guerre contre les Juifs et les Polonais, Bandera et Shukhevych sont désormais ouvertement honorés en Ukraine à la suite de la révolution menée par les nationalistes en 2014. La révolution était contre un gouvernement dont les opposants ont dit qu’il était sous contrôle russe.

Beaucoup en Ukraine considèrent Bandera et Shukhevych et d’autres criminels de guerre présumés comme des héros pour leur opposition à la domination soviétique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...