USA : deux groupes juifs refusent pour le moment d’appeler Biden « président élu »
Rechercher

USA : deux groupes juifs refusent pour le moment d’appeler Biden « président élu »

La RJC et la ZOA, orientées à droite, ne reconnaîtront pas la victoire de l'ex-vice président avant la fin des procédures judiciaires, reflétant le durcissement du soutien à Trump

Le président américain Donald Trump arrive pour s'exprimer lors de la conférence annuelle de la Coalition juive républicaine au casino The Venetian, le 6 avril 2019 à Las Vegas, Nevada. (SAUL LOEB/AFP)
Le président américain Donald Trump arrive pour s'exprimer lors de la conférence annuelle de la Coalition juive républicaine au casino The Venetian, le 6 avril 2019 à Las Vegas, Nevada. (SAUL LOEB/AFP)

JTA — Deux organisations conservatrices juives, connues pour leur soutien aux politiques mises en œuvre par Donald Trump en direction d’Israël, refuseront de désigner Joe Biden comme « président élu » jusqu’au terme des procédures judiciaires intentées suite au résultat des élections – ce qui reflète l’appui grandissant de la droite du refus de Trump de se déclarer battu.

« Nous nous référerons au ‘président élu’ Biden quand les États certifieront l’élection et que les tribunaux auront jugé les accusations de fraude et d’irrégularités », a écrit dans un courriel Matt Brooks, le directeur de la RPC (Coalition juive républicaine). « Souvenez-vous que ce sont les États qui décident des résultats, pas les bureaux de décision ».

Morton Klein, à la tête de la ZOA (Organisation sioniste d’Amérique), a fait savoir qu’il n’utiliserait pas non plus le terme. « Je ne l’appellerai pas ‘président élu’, je l’appellerai ‘probable président élu’, » a-t-il indiqué au cours d’une interview.

Le président de la Zionist Organization of America (ZOA), Morton A. Klein (Joseph Savetsky/Avec l’aimable autorisation de la ZOA)

Après des victoires insurmontables remportées dans suffisamment d’États pour établir clairement l’issue du scrutin, les médias ont désigné Biden vainqueur des élections présidentielles américaines dans la journée de samedi, comme ils en ont officiellement le droit depuis le 19e siècle. Mais Trump et un certain nombre de Républicains ont lancé de multiples poursuites judiciaires mettant en doute le dépouillement dans un certain nombre d’États où le vote était terminé, alléguant des fraudes.

Le sénateur républicain Mitch McConnell (Kentucky) a donné le ton, lundi, au nom d’une grande partie de sa formation et de ses alliés à droite lorsqu’il a déclaré, lors d’un discours au Sénat, qu’il serait prématuré de qualifier Biden de « président élu » sans attendre les jugements rendus dans le cadre des plaintes déposées par Trump.

Toutefois, un certain nombre de républicains modérés au sénat, notamment Susan Collins du Maine, Mitt Romney de l’Utah et Ben Sasse du Nebraska ont félicité Biden et l’ont évoqué sous le qualificatif de « président élu ».

De multiples plaintes et des demandes de nouveaux décomptes des voix avaient été enregistrées dans certains États en 2016, mais personne n’avait hésité à reconnaître la victoire de Trump, que tout le monde avait désigné comme étant « le président élu ».

Klein a reproché à la CoP (Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations) d’avoir félicité Biden. Un certain nombre d’autres groupes juifs important, notamment l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) et l’AJC (American Jewish Committee) ont également transmis leurs félicitations au Démocrate, comme cela été aussi le cas d’un certain nombre d’organisations orthodoxes moderne et haredim dont les membres ont, pour leur part, probablement voté pour Trump.

A LIRE / USA : le procureur général autorise l’ouverture d’enquêtes sur la présidentielle

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...