USA : Un suprémaciste qui avait appelé à attaquer des Juifs libéré de prison
Rechercher

USA : Un suprémaciste qui avait appelé à attaquer des Juifs libéré de prison

L'extrémiste avait appelé sur les réseaux sociaux à "cibler" le quartier Squirrel Hill et affirmé qu'il fallait "assassiner" les opposants

Hardy Lloyd a lancé des incitations à la violence contre la communauté juive de  Squirrel Hill à Pittsburgh. (Capture d'écran/CBSN Pittsburgh via JTA)
Hardy Lloyd a lancé des incitations à la violence contre la communauté juive de Squirrel Hill à Pittsburgh. (Capture d'écran/CBSN Pittsburgh via JTA)

JTA — Un suprémaciste blanc qui avait appelé à la violence contre les Juifs de Pittsburgh, en Pennsylvanie, a été libéré de prison.

Hardy Lloyd, qui a fait plusieurs passages en prison, est un extrémiste bien connu de la région de Pittsburgh. Il a été remis en liberté le 6 octobre, après avoir purgé une peine de plus d’un an pour avoir violé sa probation en lançant des incitations à la violence sur les réseaux sociaux.

Selon des informations parues dans les médias locaux, Lloyd s’était opposé, en 2019, à une interdiction locale adoptée sur les armes d’assaut, ainsi qu’à une loi européenne sur la liberté d’expression. Il avait écrit que « tous ceux qui soutiennent ce type de lois doivent être ciblés et leurs familles assassinées. Les loups solitaires ONT DU PAIN SUR LA PLANCHE. »

Il avait ensuite écrit « Cible : La colline des Juifs », faisant apparemment référence au quartier de Squirrel Hill (la colline de l’écureuil) – le quartier historique de la communauté juive à Pittsburgh. Selon l’édition de Pittsburgh du Jewish Chronicle, Lloyd a vécu à Squirrel Hill par le passé.

La libération de ce suprémaciste blanc survient alors que la communauté juive de Squirrel Hill se prépare à marquer le deuxième anniversaire de la fusillade qui a visé une synagogue, dans le quartier, en date du 27 octobre 2018. Mais Shawn Brokos, responsable de la sécurité de la fédération juive locale, a indiqué qu’elle n’avait pas connaissance d’une éventuelle menace qui serait posée par Lloyd sur la communauté.

« Je ne suis pas inquiète », a commenté Brokos auprès de l’agence JTA. « Je pense que le calendrier est très certainement malheureux, parce que c’est une période difficile pour la communauté juive de Pittsburgh en termes de traumatisme direct ou indirect découlant de la fusillade qui a eu lieu à la synagogue Tree of Life. »

Elle a ajouté qu’il était « important de faire attention à lui, mais il faut aussi rappeler que nous n’avons actuellement aucunement connaissance d’une éventuelle menace directe posée par cet individu ».

Lloyd avait été accusé, en 2004, d’avoir tué sa petite amie. Il n’avait été finalement condamné que pour possession d’armes. Depuis, il a fait de nombreux séjours derrière les barreaux. Il sera en liberté surveillée jusqu’à la fin de l’année 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...