Vatican : Un séminaire sur la lutte contre l’antisémitisme
Rechercher

Vatican : Un séminaire sur la lutte contre l’antisémitisme

Le secrétaire d'État du Saint-Siège a condamné toute forme d’antisémitisme, proposé un travail de mémoire sur le sens de l’histoire et fait la promotion du dialogue interreligieux

Le vice-président américain Mike Pence,  à gauche, serre la main au secrétaire d'Etat du Vatican Pietro Parolin après une audience privée avec le Pape François au Vatican, le 24 janvier 2020. (Crédit : Alessandro Di Meo/Pool Photo via AP)
Le vice-président américain Mike Pence, à gauche, serre la main au secrétaire d'Etat du Vatican Pietro Parolin après une audience privée avec le Pape François au Vatican, le 24 janvier 2020. (Crédit : Alessandro Di Meo/Pool Photo via AP)

L’ambassade américaine auprès du Saint-Siège a organisé la semaine dernière en visioconférence un séminaire sur la lutte contre l’antisémitisme, a rapporté le site Vatican News.

L’évènement a été conclu par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, qui a condamné toute forme d’antisémitisme. L’homme de foi a également proposé un travail de mémoire sur le sens de l’histoire et fait la promotion du dialogue interreligieux.

Dans son discours, il a aussi rappelé l’importance pour le pape François des liens de l’Eglise avec le peuple juif.

« Nous partagons (avec les Juifs) un riche patrimoine spirituel qui doit toujours être respecté et apprécié. Nous grandissons dans la compréhension mutuelle, la fraternité et les engagements partagés, et c’est la voie à suivre pour aller de l’avant », a déclaré le Secrétaire d’État du Saint-Siège.

Il a déploré « la propagation d’un climat diabolique et d’antagonisme » et « la haine antisémite » dans plusieurs pays – des actes « ni chrétiens ni humains », a-t-il déclaré.

Le cardinal a estimé que leur cause devait être analysée en profondeur et a rappelé l’importance du devoir de mémoire.

« Comment est-il possible que certaines personnes haïssent et persécutent encore d’autres êtres humains, 75 ans après la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau ? », a-t-il dit, évoquant le camp de concentration nazi où s’est rendu le Pape François en 2016.

« Afin de surmonter tant de formes déplorables de haine, nous devons avoir la capacité de nous impliquer ensemble pour nous souvenir. La mémoire est la clé pour accéder au futur », a ajouté le cardinal Parolin. Il plaide pour « une mémoire commune vivante et fidèle, qui ne doit pas rester emprisonnée dans le ressentiment, mais s’ouvrir avec courage vers une nouvelle aube ».

Le Secrétaire d’État rappelle aussi nécessaire la promotion du dialogue interreligieux, « un outil indispensable pour lutter contre l’antisémitisme ».

« J’espère que plus la fraternité, l’amitié sociale et le dialogue entre chrétiens et Juifs se développeront, moins l’antisémitisme sera possible, car il y aura ‘déception pour le cœur de ceux qui trament le mal, et joie pour les conseillers de paix !’ (Prov 12, 20) », a-t-il conclu son intervention.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...