Rechercher

Violences lors des funérailles de la journaliste palestinienne ; 6 arrestations

Au moins 10 000 personnes auraient participé aux funérailles dans la Vieille Ville de Jérusalem ; le cercueil aurait failli tomber pendant les émeutes

Des violences éclatent lors du transport du cercueil de la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, à Jérusalem, le 13 mai 2022. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP )
Des violences éclatent lors du transport du cercueil de la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, à Jérusalem, le 13 mai 2022. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP )

Des violences ont éclaté vendredi dans l’enceinte d’un hôpital à Jérusalem à la sortie du cercueil de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, où la police israélienne a dispersé une foule brandissant des drapeaux palestiniens, selon des journalistes de l’AFP sur place et des médias locaux.

Des images retransmises par des télévisions locales montrent le cercueil de la reporter de la télévision du Qatar Al Jazeera, tuée mercredi lors d’un raid israélien en Cisjordanie, manquer de tomber au sol alors que des policiers israéliens dispersent la foule.

Les forces israéliennes ont fait irruption dans l’enceinte de l’hôpital Saint-Joseph à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville.

« Si vous n’arrêtez pas ces chants nationalistes, nous devrons vous disperser en utilisant la force et nous empêcherons les funérailles d’avoir lieu », a déclaré dans une mégaphone un policier israélien en direction de la foule, selon une vidéo diffusée par la police.

Selon elle, « des centaines de personnes » se sont rassemblées à l’hôpital et des pierres ont été jetées en direction de la police qui a été « obligée d’utiliser des moyens de dispersion anti-émeute ».

« Au début du cortège funèbre, des émeutes violentes ont démarré devant l’hôpital, avec des jets de pierres et d’objets sur les policiers. Les policiers ont dû disperser et repousser les émeutiers et procéder à des arrestations afin de permettre les funérailles d’avoir lieu », a indiqué la police dans un communiqué.

Des individus auraient même endommagé le véhicule funéraire et tenté de l’empêcher de rouler, et six émeutiers ont été arrêtés, a rapporté la police.

Le cercueil de Shireen Abu Akleh a finalement été transporté vers la Vieille Ville où est célébrée une messe dans une église, avant l’inhumation dans un cimetière à proximité. Au moins 10 000 personnes auraient participé aux funérailles.

Le décès de cette reporter, icône du journalisme palestinien, a suscité une vague d’émotion dans les Territoires palestiniens, dans le monde arabe où ses reportages ont été suivis pendant plus de deux décennies, en Europe et aux États-Unis.

Palestinienne chrétienne âgée de 51 ans et ayant aussi la nationalité américaine, la journaliste a été tuée d’une balle dans la tête alors qu’elle couvrait une opération israélienne dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Israël, après avoir dit qu’elle avait « probablement » succombé à un tir palestinien, a affirmé ne pas écarter que la balle ait été tirée par ses soldats. Une enquête, à laquelle l’Autorité palestinienne a refusé de participer, est en cours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...