Rechercher

Washington appelle à la libération d’employés locaux de son ambassade à Sanaa

Le porte-parole de la diplomatie américaine a indiqué que des rebelles Houthis avaient pénétré par effraction dans l'enceinte de l'ambassade fermée depuis 2015

Sanaa, la capitale du Yemen, en 2015. (Crédit : CC BY-SA Wikimedia Commons)
Sanaa, la capitale du Yemen, en 2015. (Crédit : CC BY-SA Wikimedia Commons)

Les Etats-Unis ont appelé jeudi à la libération immédiate d’employés yéménites de leur ambassade à Sanaa, détenus par les rebelles Houthis soutenus par l’Iran, a indiqué jeudi un porte-parole du département d’Etat.

La majorité des employés locaux de l’ambassade américaine dans la capitale yéménite ont été libérés, a fait savoir un porte-parole de la diplomatie américaine dans un communiqué.

Mais « des employés yéménites de notre ambassade restent détenus sans explication et nous appelons à leur libération immédiate », a-t-il ajouté, sans préciser le nombre d’employés détenus ni leurs fonctions.

Le porte-parole a indiqué que des rebelles Houthis avaient pénétré par effraction dans l’enceinte de cette ambassade fermée depuis 2015, date à laquelle les Etats-Unis ont transféré leur personnel diplomatique à Ryad en raison de la guerre civile au Yémen.

« Nous appelons les Houthis à quitter les locaux immédiatement et à restituer toutes les possessions américaines saisies », a-t-il précisé. « Le gouvernement américain poursuivra ses efforts diplomatiques pour assurer la libération de notre personnel et l’évacuation de notre ambassade ».

Les combats entre les troupes pro-gouvernementales, soutenues par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, et les rebelles Houthis, proches de l’Iran, se sont intensifiés ces dernières semaines autour de la ville stratégique de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du Yémen.

Depuis le déclenchement en 2014 de la guerre, les Houthis ont progressivement pris le contrôle d’une large partie du nord du Yémen, y compris la capitale.

En sept ans, le Yémen a plongé dans l’un des pires drames humanitaires au monde selon l’ONU, avec plus des deux tiers de la population dépendant de l’aide internationale. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées selon des organisations internationales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...