Washington appelle le nouveau gouvernement libanais à encadrer le Hezbollah
Rechercher

Washington appelle le nouveau gouvernement libanais à encadrer le Hezbollah

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo devrait se rendre prochainement au Liban

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre libanais Saad Hariri lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 25 juillet 2017. (Crédit : AFP Photo / Tasos Katopodis)
Le président américain Donald Trump et le Premier ministre libanais Saad Hariri lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 25 juillet 2017. (Crédit : AFP Photo / Tasos Katopodis)

Les Etats-Unis ont appelé vendredi le nouveau gouvernement libanais à s’assurer que les ministres issus du Hezbollah ne puissent pas capter les ressources publiques au profit du mouvement chiite terroriste libanais.

Le Hezbollah, allié de l’Iran, ennemi numéro un de Washington dans la région, a notamment obtenu le ministère de la Santé, qui collabore avec des organisations internationales et des donateurs étrangers.

« Nous sommes inquiets de voir que le Hezbollah, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, continuera d’occuper des postes ministériels, et notamment celui de ministre de la Santé publique », a déclaré le porte-parole du département d’Etat américain Robert Palladino dans un communiqué.

« Nous appelons le nouveau gouvernement à s’assurer que les ressources et services de ces ministères ne soient pas utilisés en soutien du Hezbollah », a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis ont tout de même salué la formation du gouvernement du Premier ministre Saad Hariri, au terme de plus de huit mois de tractations. « Nous félicitons les dirigeants libanais pour avoir su travailler collectivement à surmonter les obstacles politiques », a dit le porte-parole.

La diplomatie américaine a ajouté vouloir travailler avec la nouvelle équipe au renforcement des relations bilatérales, à l’occasion d’un voyage du secrétaire d’Etat Mike Pompeo au Liban à une date qui reste à déterminer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...