Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Washington, « profondément préoccupé » par les mauvais traitements de prisonniers de Gaza

CNN décrit des passages à tabac, des abus psychologiques, des négligences médicales, des prisonniers attachés presque nus à des lits ; Tsahal nie tout traitement inapproprié

Des terroristes du Hamas capturés pendant le massacre du 7 octobre et lors d'opérations de l’armée israélienne dans la bande de Gaza, dans la cour d'une prison dans le sud d'Israël, le 14 février 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Des terroristes du Hamas capturés pendant le massacre du 7 octobre et lors d'opérations de l’armée israélienne dans la bande de Gaza, dans la cour d'une prison dans le sud d'Israël, le 14 février 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Les États-Unis se sont déclarés « profondément préoccupés » par un récent reportage faisant état de mauvais traitements infligés à des détenus de Gaza dans un centre de détention israélien accueillant des personnes soupçonnées de terrorisme et détenues dans le cadre de la guerre en cours avec le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza.

Citant deux Israéliens et un médecin palestinien qui a été détenu dans le centre de Sde Teiman, dans le Néguev, le reportage fait état de mauvais traitements généralisés infligés aux détenus, notamment un recours extrême aux contraintes physiques, des passages à tabac, la négligence des problèmes médicaux, des punitions arbitraires et bien d’autres choses encore.

La plupart des détenus de ce centre sont des terroristes présumés arrêtés au cours de la guerre de Gaza qui dure depuis des mois, mais on pense que certains sont des terroristes arrêtés en Israël lors de l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre.

Les terroristes présumés sont légalement autorisés à être détenus pendant 45 jours avant d’être libérés ou confiés à l’administration pénitentiaire israélienne.

Les deux sources israéliennes ont indiqué que les prisonniers étaient contraints de rester assis pendant de longues heures, les yeux bandés la plupart du temps, et qu’ils n’étaient pas autorisés à parler. Une forme courante de punition pour ceux qui parlaient ou s’offensaient d’une manière ou d’une autre consistait à les forcer à tenir leurs bras au-dessus de leur tête pendant une heure. Certains avaient les bras attachés à la clôture par une fermeture éclair au-dessus de leur tête.

L’armée a nié l’existence d’abus généralisés, déclarant à CNN : « L’armée israélienne veille à ce que les détenus se comportent correctement. Toute allégation de mauvaise conduite de la part de soldats de Tsahal est examinée et traitée en conséquence. Dans les cas appropriés, des enquêtes de la police militaire sont ouvertes lorsqu’il existe des soupçons de mauvaise conduite justifiant une telle action. »

Le reportage ajoute que « les détenus sont menottés en fonction de leur niveau de risque et de leur état de santé. Les autorités n’ont pas connaissance d’incidents de menottage illégal ».

Une autre source israélienne a partagé des photos qu’elle a prises au centre de détention de Sde Teiman, à quelque 30 kilomètres de la frontière de Gaza, montrant une centaine d’hommes aux yeux bandés et vêtus de survêtements gris dans une zone éclairée par des projecteurs et entourée d’une clôture de barbelés.

« Les coups n’ont pas été portés dans le but de recueillir des renseignements. Ils l’ont été par vengeance », a déclaré un dénonciateur cité par CNN. « C’était une punition pour ce que [les Palestiniens] ont fait le 7 octobre et une punition pour leur comportement dans le camp. »

CNN a déclaré avoir parlé à au moins douze personnes qui ont été détenues à Sde Teiman ou dans d’autres installations similaires et qui ont été libérées par la suite. L’une d’entre elles a déclaré avoir été détenue pendant 44 jours, dont plusieurs semaines après que les forces de sécurité eurent déterminé qu’elle n’était pas un combattant – car elles voulaient l’utiliser comme intermédiaire.

L’un des Israéliens et un détenu libéré interrogés par CNN ont déclaré que la nuit, les gardes envoyaient souvent de gros chiens dans l’enceinte et lançaient des grenades incapacitantes lorsque les soldats se précipitaient pour effectuer des fouilles.

« Vous êtes couché sur le ventre, le visage appuyé contre le sol. Vous ne pouvez pas bouger, et ils bougent au-dessus de vous », a raconté le Dr. Mohammed al-Ran.

La source israélienne a déclaré : « C’est une unité spéciale de la police militaire qui a procédé à la soi-disant fouille […] Mais en réalité, c’était un prétexte pour les frapper. C’était une situation terrifiante. »

Les sources israéliennes ont également indiqué que les prisonniers blessés étaient détenus dans une partie séparée de l’installation, attachés à des lits les yeux bandés, nus à l’exception des couches dans lesquelles ils avaient été habillés, et nourris à l’aide de pailles.

« Si vous vous imaginez incapable de bouger, incapable de voir ce qui se passe et complètement nu, vous êtes complètement exposé », a déclaré la source à la chaîne. « Je pense que c’est quelque chose qui se rapproche de la torture psychologique, si ce n’est qu’elle la croise. »

Les Israéliens anonymes ont déclaré que les traitements n’étaient pas documentés, apparemment pour éviter de laisser des traces écrites dans le cadre d’éventuelles enquêtes.

« Vous ne signez rien et il n’y a pas de vérification de l’autorité », a déclaré une source. « C’est un paradis pour les internes, car ils font ce qu’ils veulent. »

Le reportage indique que les blessures sont souvent négligées et laissées à l’abandon, ce qui entraîne des pourritures et des amputations forcées. Un dénonciateur qui travaillait comme infirmier à Sde Teiman a déclaré avoir été témoin d’une amputation pratiquée sur un homme en raison des blessures subies par son poignet à la suite de menottes répétées.

Un porte-parole de Tsahal a nié toute négligence médicale, affirmant que toutes les procédures étaient effectuées avec un « soin extrême ».

Interrogé sur ces allégations lors d’une conférence de presse vendredi, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré : « Nous avons pris connaissance de ces informations sur des allégations de mauvais traitements infligés à des prisonniers dans cette prison. C’est très préoccupant, très troublant. »

« Nous tendons la main à nos homologues israéliens pour obtenir davantage d’informations sur ces allégations et nous espérons obtenir de bonnes réponses […] Nos attentes sont les plus élevées en ce qui concerne le traitement des prisonniers », a ajouté Kirby.

La guerre entre Israël et le Hamas a débuté le 7 octobre, lorsque quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 252 otages, pour la plupart des civils, dans de nombreux cas au cours d’actes de brutalité.

Promettant d’anéantir le Hamas, Israël a lancé une opération militaire de grande envergure à Gaza, arrêtant des milliers de personnes soupçonnées de terrorisme.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.