Washington reconnaît une frappe en Syrie, 46 morts dans une mosquée
Rechercher

Washington reconnaît une frappe en Syrie, 46 morts dans une mosquée

Le CENTCOM affirme que son raid visait un rassemblement d'Al-Qaïda, et va étudier les informations sur les morts civiles

Frappes aériennes dans un quartier détenu par les rebelles dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 16 mars 2017. Illustration. (Crédit : Mohamad Abazeed/AFP)
Frappes aériennes dans un quartier détenu par les rebelles dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 16 mars 2017. Illustration. (Crédit : Mohamad Abazeed/AFP)

Les Etats-Unis ont reconnu avoir effectué une frappe dans le nord de la Syrie contre Al-Qaïda, mais nient avoir délibérément visé la mosquée où au moins 46 personnes ont péri selon un nouveau bilan avancé vendredi.

La plupart des victimes du raid de jeudi soir dans le village d’al-Jineh dans la province d’Alep sont des civils, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

La coalition internationale sous commandement américain mène des frappes aériennes contre des groupes terroristes en Syrie et en Irak depuis 2014, qui ont provoqué intentionnellement des centaines de civils.

« Nous n’avons pas visé une mosquée, mais le bâtiment que nous avons ciblé, là où avait lieu le rassemblement [d’Al-Qaïda], se trouve à environ 15 mètres d’une mosquée qui est toujours debout », a plaidé jeudi soir le colonel John J. Thomas, porte-parole du CENTCOM, le commandement des forces américaines au Moyen Orient.

Dans un communiqué préalable, le CENTCOM avait annoncé que « les forces américaines [avaient] effectué une frappe aérienne sur un rassemblement d’Al-Qaïda en Syrie, le 16 mars, dans la province d’Idlib, tuant plusieurs terroristes ».

Des enfants syriens dans le quartier détruit de Kastal al-Harami à Alep, autrefois aux mains des rebelles, pendant une tempête de sable, le 10 mars 2017. (Crédit : Joseph Eid/AFP)
Des enfants syriens dans le quartier détruit de Kastal al-Harami à Alep, autrefois aux mains des rebelles, pendant une tempête de sable, le 10 mars 2017. (Crédit : Joseph Eid/AFP)

Plus tard dans la journée de jeudi, le porte-parole du CENTCOM a cependant reconnu que la localisation précise de cette frappe n’était pas claire, mais qu’il s’agissait bien du même raid rapporté sur le village d’al-Jineh, à 30 km à l’ouest d’Alep.

« Nous allons enquêter sur les allégations selon lesquelles cette frappe aurait fait des victimes civiles », a ensuite déclaré le colonel Thomas.

‘J’ai vu 15 cadavres’

Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH, une centaine de personnes ont également été blessées dans ce raid aérien sur ce village sous contrôle de groupes rebelles.

Des images filmées par un correspondant de l’AFP montrent des habitants et des Casques blancs, ces secouristes des zones rebelles de Syrie, fouillant les décombres à l’aide de torches et de pelles.

On y voit une partie du bâtiment religieux entièrement détruit et des voitures à proximité carbonisées.

« Nous avons entendu des explosions quand la mosquée a été frappée. C’était juste après la prière, à un moment où en général il y a des cours de religion pour les hommes », a témoigné Abou Mohammed, un habitant.

« Quand je suis arrivé, j’ai vu 15 cadavres, et beaucoup de morceaux de corps au milieu des débris. Certains corps n’étaient même pas reconnaissables », a-t-il indiqué à l’AFP

Un cessez-le-feu parrainé par la Russie, alliée du régime syrien, et la Turquie, soutien des rebelles, est certes entré en vigueur en décembre 2016, mais les violences ont continué dans le pays.

Le ciel syrien est encombré par les avions du régime syrien, ceux de la Russie, ceux de la Turquie et ceux de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

La Russie est intervenue militairement au côté du régime en septembre 2015. Mais elle a toujours démenti les accusations selon lesquelles ses raids ont tué des civils en Syrie.

La coalition internationale concentre habituellement ses frappes sur les terroristes du groupe Etat islamique (EI) et ceux de Fateh al-Cham, l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda, qui occupent des régions en Syrie.

Déclenché par la répression de manifestations pro-démocratie, ce conflit est devenu très complexe avec la montée en puissance de groupes terroristes, l’implication de forces régionales et de puissances internationales, sur un territoire très morcelé.

Au total, en six ans, la guerre en Syrie a déjà fait plus de 320 000 morts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...