Washington sait que le JCPOA est sûrement perdu et est ouvert aux idées d’Israël
Rechercher

Washington sait que le JCPOA est sûrement perdu et est ouvert aux idées d’Israël

Selon un responsable de l'équipe du Premier ministre, des progrès importants ont été réalisés sur la question nucléaire, l'exemption de visa pour les Israéliens et d'autres sujets

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Naftali Bennett (G) rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken à l'hôtel Willard à Washington, le 25 août 2021. (Crédit : Avi Ohayon / GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett (G) rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken à l'hôtel Willard à Washington, le 25 août 2021. (Crédit : Avi Ohayon / GPO)

WASHINGTON – Un haut responsable de l’entourage du Premier ministre Naftali Bennett a indiqué que l’administration américaine reconnaît qu’un retour à l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran pourrait ne pas être possible, et qu’elle est par conséquent ouverte aux approches israéliennes pour contrer l’Iran.

Ce collaborateur a déclaré mercredi soir que les positions de l’équipe israélienne sur l’Iran ont reçu « une attention significative » de la part de l’administration américaine, car « ils comprennent eux-mêmes qu’il se peut que nous nous retrouvions dans une réalité sans accord, et [même] s’il y a un accord, il y a des trous qui doivent être comblés. »

Le fonctionnaire a ajouté que les deux gouvernements sont si étroitement coordonnés sur l’Iran qu’ils utilisent souvent la même terminologie et soulèvent les mêmes questions lorsqu’ils discutent de leurs options si l’Iran ne revient pas dans l’accord.

Bennett se trouve actuellement à Washington. C’est son premier déplacement aux États-Unis en tant que Premier ministre. Il tient une série de réunions avec de hauts responsables de l’administration, – la menace nucléaire iranienne étant la question la plus pressante de son agenda. Bennett et le président américain Joe Biden se rencontreront ce jeudi.

Le gouvernement de Bennett s’oppose aux efforts des États-Unis pour revenir à l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015 par l’administration Obama et abandonné trois ans plus tard par l’ancien président américain Donald Trump. Biden a soutenu un retour à l’accord, mais cela a semblé de plus en plus improbable alors que l’Iran s’est éloigné de ses obligations et qu’un président de la ligne ultra-radicale, Ebrahim Raissi, a pris ses fonctions à Téhéran.

L’équipe de Bennett estime que le premier jour de son voyage à Washington a été un succès, selon le membre du personnel.

Le Premier ministre Naftali Bennett rencontre le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin au Pentagone le 25 août 2021. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Bennett était venu avec quatre objectifs principaux pour ce voyage, a noté le fonctionnaire : établir un lien direct et une relation avec Biden ; aider les États-Unis à comprendre l’approche du Premier ministre concernant l’Iran ; s’assurer de l’engagement des États-Unis à reconstituer les stocks du système de défense antimissile israélien Dôme de fer ; et faire progresser un accord d’exemption de visa pour les Israéliens cherchant à entrer aux États-Unis.

« Ce sont les quatre choses que nous voulions ramener à la maison, et je pense que nous rentrons chez nous les bras chargés », a-t-elle déclaré.

Mercredi, Bennett a rencontré le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, le secrétaire d’État Antony Blinken et le conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan.

Le nouveau président iranien, Ebrahim Raissi, s’exprime lors de sa cérémonie d’assermentation au parlement iranien, dans la capitale Téhéran, le 5 août 2021. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Le fonctionnaire a déclaré que des progrès significatifs avaient été réalisés sur la question de l’exemption de visa et que Blinken avait émis une directive pour faire avancer le dossier, bien qu’il reste encore du travail à accomplir. Le fonctionnaire a indiqué que l’ouverture des États-Unis à avancer sur la question de l’exemption de visa était un geste de l’administration envers les Israéliens.

Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré après la rencontre entre Bennett et Blinken que les deux hommes avaient convenu de l’importance de travailler à l’inclusion d’Israël dans le programme américain d’exemption de visa.

Des manifestants palestiniens affrontent les soldats israéliens pendant une émeute à la frontière, à l’est de Gaza City, le 21 août 2021. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le collaborateur de Bennett s’est dit satisfait de la façon dont les Américains ont compris la cause de la recrudescence de la violence à la frontière de Gaza, affirmant que les États-Unis considèrent le Hamas comme responsable. Bennett a évoqué la question des soldats et des civils israéliens détenus à Gaza lors de ses conversations mercredi, a-t-elle ajouté.

Jeudi matin (heure américaine), Bennett rencontrera Biden pour la première fois à la Maison Blanche avant de retourner en Israël plus tard dans la journée.

Au cours des réunions de mercredi, le Premier ministre a reçu l’assurance que l’administration fournirait à Israël les moyens nécessaires pour se défendre contre l’Iran.

Avant d’entamer sa réunion avec Bennett au Pentagone, Austin a déclaré que le département de la Défense était « déterminé à maintenir l’avantage militaire qualitatif [QME] d’Israël et à garantir qu’Israël puisse se défendre contre les menaces de l’Iran, de ses mandataires et des groupes terroristes ».

Il a également noté les « mesures nucléaires alarmantes et l’agression régionale continue de l’Iran », affirmant que ce pays « doit être tenu responsable de ses actes d’agression au Moyen-Orient et dans les eaux internationales », a déclaré Austin. Le secrétaire à la Défense a pointé du doigt Téhéran pour l’attaque du 30 juillet contre le pétrolier Mercer Street, lié à Israël, dans le golfe d’Oman, qui a fait deux morts.

Le ministre de la Défense a ajouté que « les États-Unis sont déterminés à renforcer leur relation stratégique avec Israël. L’administration est attachée à la sécurité d’Israël et à son droit à l’autodéfense. »

Austin a déclaré que les États-Unis s’engageaient également à réapprovisionner les missiles d’interception du Dôme de fer après que le système de défense antimissile a été utilisé à outrance pendant la guerre de Gaza en mai, lorsque le Hamas a tiré des milliers de roquettes sur Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...