Yaalon : Rabin n’a jamais soutenu la création d’un Etat palestinien
Rechercher

Yaalon : Rabin n’a jamais soutenu la création d’un Etat palestinien

Le ministre de la Défense a affirmé à Washington qu'Israël tend sa main vers la paix et que les dirigeants arabes mentent

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon lors d'un discours pendant une cérémonie commémorative à Washington pour marquer le 20e anniversaire de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin le 26 octobre  2015 (Crédit : Ariel Hermoni / Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Moshe Yaalon lors d'un discours pendant une cérémonie commémorative à Washington pour marquer le 20e anniversaire de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin le 26 octobre 2015 (Crédit : Ariel Hermoni / Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, a souligné lundi l’opposition du défunt Premier ministre, Yitzhak Rabin, à la création d’un Etat palestinien soulignant que même si Rabin poursuivait un idéal de paix et de stabilité régionale, il était néanmoins très conscient des défis complexes auxquels l’Etat juif faisaient face et était déterminé à ne jamais faire de compromis sur sa sécurité.

« Quand il a présenté les Accords d’Oslo à la Knesset pour approbation, Yitzhak [Rabin] n’a pas bronché », a déclaré Yaalon lors d’une cérémonie commémorative organisée à Washington pour marquer le 20e anniversaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre.

« Il savait que nous devions protéger fermement nos intérêts sécuritaires, afin d’assurer la paix et la sécurité pour les citoyens d’Israël », a-t-il poursuivi.

Yaalon a ajouté que Rabin s’était toujours méfié des véritables intentions de la direction palestinienne et n’aurait pas accepté la création d’un Etat palestinien dans toute la Cisjordanie.

« Dans le discours [de Rabin] à la Knesset lors de la présentation [des deuxièmes Accords d’Oslo] pour approbation, il a souligné que dans un accord permanent, ‘l’entité palestinienne sera inférieure à un Etat’ », a déclaré le ministre de la Défense.

« Rabin était cohérent sur cette question. Dans un autre discours qu’il a prononcé en 1974, il a dit : ‘un Etat palestinien en Cisjordanie sera le début de la fin de l’Etat d’Israël’… Dans [un autre] discours à la Knesset, un mois avant son assassinat, il a dessiné les frontières de l’entité palestinienne dans l’accord permanent et a dit : ‘nous ne reviendrons pas aux lignes du 4 juin 1967’ parce qu’elles sont indéfendables », a rappelé Yaalon.

Bill Clinton regarde tandis qu'Yitzhak Rabin et Yasser Arafat se serrent la main lors de la signature historique des accords d'Oslo, le 13 septembre 1993 Tout à droite, il y a l'actuelle dirigeant palestinien Mahmoud Abbas (Crédit : GPO)
Bill Clinton regarde tandis qu’Yitzhak Rabin et Yasser Arafat se serrent la main lors de la signature historique des accords d’Oslo, le 13 septembre 1993 Tout à droite, il y a l’actuelle dirigeant palestinien Mahmoud Abbas (Crédit : GPO)

Commentant la série d’attaques au couteau, de fusillades et d’attaques à la voiture-béliers perpétrées par des terroristes palestiniens en Israël et en Cisjordanie au cours des dernières semaines, Yaalon a déclaré qu’Israël espérait vraiment parvenir à la paix dans la région et a affirmé que les revendications visant à provoquer les terroristes potentiels et à saper la légitimité de l’Etat étaient manifestement fausses.

« Au cours des dernières semaines, Israël a fait face à une intense vague d’attaques terroristes perpétrées par des Palestiniens, qui ont été poussés par l’incitation et les mensonges contre l’Etat d’Israël », a-t-il dénoncé.

« C’est l’occasion de le dire à nouveau, de manière forte et claire : Nous tendons la main en paix à nos voisins palestiniens. L’Etat d’Israël ne viole pas le statu quo sur le mont du Temple. Il s’agit d’un mensonge. Nous défendons la liberté de culte et le respect des croyances de chacun », a déclaré Yaalon.

Des filles palestiniennes assises devant le Dôme du Rocher dans le mont du Temple le 23 octobre 2015 (Crédit : AFP / Ahmad Gharabli)
Des filles palestiniennes assises devant le Dôme du Rocher dans le mont du Temple le 23 octobre 2015 (Crédit : AFP / Ahmad Gharabli)

Plus tôt lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, s’adressant à la Knesset lors d’une session spéciale pour honorer Rabin, a blâmé l’échec des pourparlers de paix sur le refus des Palestiniens de reconnaître le droit de l’Etat juif d’exister.

« Il y a une raison profonde pour laquelle nous n’arrivons pas à parvenir à la paix », a déclaré Netanyahu, qui, en tant que leader du Likud, était un opposant aux accords d’Oslo lors du dernier gouvernement de Rabin. « [Les Palestiniens] ne sont pas prêts à reconnaître une bonne fois pour toutes l’Etat national du peuple juif, ils ne sont pas vraiment prêts à mettre fin au conflit et à abandonner le rêve de retourner à Haïfa, Jaffa et Akko ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'un service commémoratif le 26 octobre 2015 pour marquer les 20 ans de l'assassinat de l'ancien Premier ministre, Yitzhak Rabin (Crédit : Haim Zach / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’un service commémoratif le 26 octobre 2015 pour marquer les 20 ans de l’assassinat de l’ancien Premier ministre, Yitzhak Rabin (Crédit : Haim Zach / GPO)

Réitérant les points qu’il avait présentés plus tôt dans la journée – au cours d’une cérémonie devant la tombe de Rabin sur le mont Herzl à Jérusalem – Netanyahu a déclaré qu’Israël est en lutte contre « l’incitation [à la violence] et la terreur, de toutes nos forces ».

« Nous le savons tous : la paix doit être ancrée dans la sécurité », a déclaré Netanyahu devant les députés, passés et actuels, ainsi que devant la famille de Rabin. « Nous devons nier l’espoir des Palestiniens et de tous nos ennemis, de nous vaincre un jour avec la force de l’épée. Allons-nous vivre éternellement par l’épée ? Si nous relâchons notre emprise sur ce qui est à nous, leur épée va nous vaincre ».

« Rabin l’a bien compris. Il était un leader réaliste, il ne nous a pas blâmé pour le terrorisme, il était tout à fait dépourvu d’auto-flagellation », a-t-il conclu.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...