Yaalon statue sur le retour des dépouilles des terroristes palestiniens
Rechercher

Yaalon statue sur le retour des dépouilles des terroristes palestiniens

La dépouille du terroriste reponsable de l’attaque contre le véhicule mardi a été rendue à sa famille pour être enterrée après que le Premier ministre en a confié la responsabilité au ministre de la Défense

Funérailles de trois Palestiniens tués par les forces de sécurité israéliennes pendant qu'ils menaient une attaque fatale à Jérusalem, tuant Hadar Cohen, 19 ans, à Qabatiya, près de Jénine, en Cisjordanie, le 5 février 2016. (Crédit : AFP/Jaafar Ashtiyeh)
Funérailles de trois Palestiniens tués par les forces de sécurité israéliennes pendant qu'ils menaient une attaque fatale à Jérusalem, tuant Hadar Cohen, 19 ans, à Qabatiya, près de Jénine, en Cisjordanie, le 5 février 2016. (Crédit : AFP/Jaafar Ashtiyeh)

Les autorités israéliennes mardi soir ont rendu aux Palestiniens la dépouille de l’homme qui avait renversé trois soldats israéliens dans l’implantation de Cisjordanie de Dolev plus tôt dans la soirée. Cela pourrait constituer un signe de changement dans la politique israélienne controversée de conservation des dépouilles des terroristes depuis le début de la dernière vague d’attaques, qui se prolonge désormais depuis sept mois.

La dépouille d’Ahmed Riad Shehadel, âgé de 36 ans et originaire du camp de réfugié de Qalandia, au nord de Jérusalem, qui a été tué par des soldats sur la scène de l’attaque, a été rendue à sa famille pour qu’il soit enterré après l’incident, ont indiqué des articles de médias hébreux.

Dans l’attaque du véhicule de mardi, Shehadeh a blessé trois soldats israéliens, dont un sérieusement.

Le Bureau du Premier ministre a déclaré que l’autorité pour valider ou interdire le retour des dépouilles de terroristes à leur famille appartient désormais au ministre de la Défense Moshe Yaalon et au ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, qui ont des opinions différentes sur le sujet. Le retour du corps de Shedadeh était la décision de Yaalon.

Le Bureau du Premier ministre a indiqué que le transfert d’autorité était effectif à partir de dimanche et est intervenu un mois après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait ordonné de mettre un terme à la pratique, déclarant lors de discussions avec Yaalon qu’un gel du retour des dépouilles des terroristes resterait en place tant qu’une décision politique globale ne serait pas prise sur ce sujet.

Les forces israéliennes de sécurité à l'endroit où trois soldats ont été blessés dans une attaque à la voiture-bélier, près de Dolev, en Cisjordanie, le 3 mai 2016 (Flash90)
Les forces israéliennes de sécurité à l’endroit où trois soldats ont été blessés dans une attaque à la voiture-bélier, près de Dolev, en Cisjordanie, le 3 mai 2016 (Flash90)

Le ministère de la Défense israélien a également permis le retour de dépouilles de terroristes tués par les forces de sécurité d’Israël, à condition qu’ils soient enterrés dans l’intimité, afin d’éviter d’autres violences.

Au plus fort des violences, Erdan a recommandé de retenir les dépouilles des terroristes palestiniens, affirmant que les enterrements se transformaient « en démonstration de soutien au terrorisme et à l’incitation au meurtre ».

Des Palestiniens portent le corps d'Amjad Abu Omar Sakari, qui a été abattu pendant qu'il menait une attaque contre des soldats israéliens près de l'implantation de Beit El, pendant ses funérailles à Jamain, un village du sud de Naplouse, le 1er février 2016. (Crédit : AFP / JAAFAR ASHTIYEH)
Des Palestiniens portent le corps d’Amjad Abu Omar Sakari, qui a été abattu pendant qu’il menait une attaque contre des soldats israéliens près de l’implantation de Beit El, pendant ses funérailles à Jamain, un village du sud de Naplouse, le 1er février 2016. (Crédit : AFP / JAAFAR ASHTIYEH)

La question est devenue un point de tension avec les Palestiniens. Des affiches de morts sont collées sur les murs de Jérusalem-Est et en Cisjordanie, et les résidents font fréquemment des manifestations pour appeler au retour des dépouilles.

Plusieurs officiels israéliens, y compris Netanyahu, ont exprimé leur soutien à la conservation ou au retard de restitution des dépouilles des terroristes. Le délai a pour but de diminuer l’intérêt envers un terroriste particulier, et ainsi de réduire le nombre de personnes à l’enterrement.

Mais Yaalon, soutenu par les recommandations de Tsahal, et le Shin Bet, se sont opposés à cette politique, affirmant que la pratique crée une plus grande colère chez les Palestiniens et sape le travail des forces de sécurité de l’AP qui collaborent avec Israël pour prévenir les attaques.

Le désaccord a conduit à une politique incohérente sur les corps des terroristes qui ont attaqué des Israéliens en Cisjordanie. Cette responsabilité est sous la tutelle du ministère de la Défense, le plus souvent les corps sont rendus peu de temps après les attaques, mais ceux des assaillants qui ont agi en Israël, où le ministère de la Sécurité publique a compétence, sont détenus aussi longtemps que jugé nécessaire.

En février, après avoir gardé les corps pendant des semaines, Israël a accepté de rendre ceux de plusieurs attaquants de Jérusalem-Est à leurs familles, à condition qu’ils soient enterrés « calmement ».

Un total de 10 corps d’hommes originaires de Jérusalem-Est a été rendu après que les familles des attaquants ont convenu d’un certain nombre de conditions, y compris que les funérailles soient en comité réduit, avec la famille seulement, de nuit, et que les familles fournissent à la police un dépôt en espèces pour garantir le respect de ces conditions.

Depuis octobre, 29 Israéliens et quatre ressortissants étrangers ont été tués dans une vague de terrorisme et de violence palestinienne. Près de 200 Palestiniens ont été tués, environ les deux tiers d’entre eux alors qu’ils attaquaient des Israéliens, et le reste lors d’affrontements avec les troupes, selon l’armée israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...