Yahadout HaTorah compare les Juifs réformés et massorti à des chiens en kippa
Rechercher

Yahadout HaTorah compare les Juifs réformés et massorti à des chiens en kippa

Un clip de campagne suggère que la Haute-cour, qui a récemment reconnu les conversions non-orthodoxes, accepterait des chiens comme membres de la communauté

Capture d'écran d'un clip de campagne diffusé par le parti Yahadout HaTorah. (Capture d'écran : YouTube)
Capture d'écran d'un clip de campagne diffusé par le parti Yahadout HaTorah. (Capture d'écran : YouTube)

Le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah a diffusé un clip de campagne, dans la soirée de mardi, qui semble comparer les personnes s’étant converties au judaïsme par le biais de courants non-orthodoxes à des chiens portant la kippa.

La vidéo, qui a été postée sur internet, a été immédiatement condamnée par Yair Lapid, le chef de l’opposition qui a affirmé que par ce message, Yahadout HaTorah avait rejoint les rangs des antisémites qui comparent souvent les Juifs à ces animaux.

Ce clip de campagne a été diffusé après un jugement de la Haute-cour, en début de semaine, qui a estimé que les conversions au judaïsme faites par les courants réformé et massorti au sein de l’Etat juif seraient reconnues à des fins de citoyenneté. Cette décision, qui est venue ouvrir une brèche dans le monopole orthodoxe sur la religion en Israël, a été largement critiquée par les députés haredim qui ont juré de faire passer une loi qui permettra de la contourner.

Dans la vidéo, une série de photos montre des chiens portant la kippa traditionnelle juive et enveloppés dans un talit, ou châle de prière. Les images proviendraient de dites « Bark-Mitzvah » qui sont organisées par certains Juifs réformés ou massorti pour leur animal de compagnie.

Alors que les photos défilent sur l’écran, une voix hors-champ déclare que « Pour la Haute-cour de justice, c’est un Juif », plaisantant sur le cliché particulier d’un chien en disant que « son grand-père était rabbin et il est lui-même Juif, bien sûr ! »

La vidéo se termine avec le message que le parti Yahadout HaTorah « protègera votre judaïsme, celui de vos enfants et de vos petits-enfants », s’achevant sur le slogan de campagne adopté par la formation, « les Juifs avant tout ».

Lapid, à la tête du parti centriste et laïc Yesh Atid, a critiqué la vidéo et il s’est souvenu que son père, Tommy Lapid, survivant de la Shoah originaire de Hongrie, lui avait raconté que pendant la Seconde Guerre mondiale, il avait vu un immense panneau sur le Parlement de Budapest qui disait : « Entrée interdite aux Juifs et aux chiens ».

Lapid a écrit que « les antisémites, indépendamment des générations, comparent toujours les Juifs à des chiens. C’est immonde ».

Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, le 5 janvier 2021. (Elad Guttman)

Neemanei Torah VaAvodah, un groupe libéral orthodoxe, a également fustigé le clip de campagne. « Une autre ligne rouge a été franchie aujourd’hui concernant nos frères qui représentent des millions de Juifs à travers le monde », a-t-il estimé dans un communiqué.

« En tant que mouvement orthodoxe, nous faisons part de notre inquiétude profonde. Avec cette association de l’ignorance et des discours de division, nous atteignons un nouvel abîme dans la haine fraternelle », a-t-il ajouté.

La vidéo survient après un autre scandale qui a éclaboussé Yahadout HaTorah. Lundi – le jour où la Haute-cour a rendu son jugement – un député de la formation, Yitzhak Pindrus, avait déclaré que les femmes qui s’étaient converties au judaïsme par le biais du programme Nativ proposé par l’armée israélienne étaient des shiksas, utilisant un terme péjoratif désignant des non-juives. Suite à l’indignation entraînée par ses propos, il avait présenté ses excuses pour avoir utilisé le terme mais maintenu que le système de conversion de Tsahal n’avait aucune légitimité religieuse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...