Israël en guerre - Jour 192

Rechercher
Les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023

Yahav Winner, 36 ans, assassiné alors qu’il protégeait son épouse et son nouveau-né

Ce réalisateur de cinéma et acteur a été tué au kibboutz Kfar Aza, le 7 octobre

Yahav Winner sur un selfie avec son épouse et avec sa fille dans son landau. (Autorisation)
Yahav Winner sur un selfie avec son épouse et avec sa fille dans son landau. (Autorisation)

Yahav Winner, 36 ans, acteur et réalisateur de cinéma, a été tué en protégeant son épouse et son nouveau-né alors que les terroristes avaient pris d’assaut la maison familiale au kibboutz Kfar Aza, le 7 octobre 2023.

« Il n’a pas seulement bloqué la fenêtre de notre chambre mais il a aussi essayé de bloquer la porte de la maison avec le landau de Shaya pour empêcher les terroristes d’entrer à l’intérieur. Il n’a pas pris la fuite. Il a continué à essayer de nous protéger. Mon mari était comme ça », a raconté au site d’information Deadline son épouse, Shaylee Atary, qui est elle aussi réalisatrice de film.

Atary et leur bébé d’un mois, Shaya, ont été secourues après être restés cachées pendant plus de vingt-quatre heures. Atary a attendu trois jours avant d’avoir des nouvelles de son mari pendant. Elle a appris la terrible nouvelle pendant qu’elle filmait un entretien télévisé.

« Le petit garçon », un court-métrage écrit et réalisé par Winner qui racontait l’histoire d’un père et de son fils faisant face aux tirs de roquette à Kfar Azza, avait remporté le prix de la meilleure photographie au Festival international du film universitaire de Tel Aviv, cette année.

« C’était un grand réalisateur. C’était un ami formidable. C’était mon meilleur ami », a déclaré Atary à PBS. « Cela faisait dix ans et demi qu’on était ensemble. Nous avions attendu longtemps pour avoir cet enfant que nous avons dorénavant, Shaya. »

Dans un entretien télévisé accordé au blog T-Port spécialisé dans le cinéma – l’interview a depuis été supprimée – Winner disait qu’il travaillait sur un nouveau film inspiré de sa vie à Kfar Azza, où il s’était récemment installé après avoir vécu de longues années à Tel Aviv.

Le film, disait-il, se pencherait « sur le traumatisme des résidents d’Israël et aussi sur le conflit constant qui existe en vous lorsque vous regardez ce qui arrive à Gaza, au-delà de la clôture frontalière ».

« Ce conflit sanglant est traumatisant parce qu’il n’a pas de solution mais, à l’intérieur de tout cela, il y a le réconfort apporté par les liens personnels », avait expliqué Winner.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.