Rechercher

Yémen : 4 enfants tués dans l’explosion d’une mine à Hodeida

Pays le plus pauvre de la péninsule arabique, le Yémen est dévasté depuis 2014 par le conflit qui oppose les Houthis, soutenus par l'Iran, et les forces progouvernementales

Un enfant souffrant de malnutrition pris en charge à l’hôpital d'Hodeida, au Yemen, le 27 septembre 2018. (Crédit : AP /Hani Mohammed)
Un enfant souffrant de malnutrition pris en charge à l’hôpital d'Hodeida, au Yemen, le 27 septembre 2018. (Crédit : AP /Hani Mohammed)

Quatre enfants âgés de 10 à 15 ans ont été tués jeudi dans l’explosion d’une mine à Hodeida, ville contrôlée par les Houthis, dans l’ouest du Yémen, ont affirmé vendredi une source médicale et le père de deux des victimes à l’AFP.

« Ils étaient un groupe de sept enfants. Les trois qui marchaient à l’avant ont été tués sur le coup, alors qu’un quatrième est décédé après son arrivée à l’hôpital », a précisé une source médicale qui a requis l’anonymat. Les trois autres enfants n’ont pas été blessés.

L’accident s’est produit sur un terrain non loin de l’aéroport, dans le sud de cette ville stratégique située au bord de la mer Rouge, où les habitants vivent sous la menace des mines et des munitions non explosées, a indiqué la même source.

« Les enfants qui ont échappé à l’explosion sont venus nous prévenir », raconte Yehya Abdallah, le père de deux des victimes. « Je me suis rendu sur les lieux de l’explosion et j’ai vu un de mes enfants blessé, mais encore vivant, alors que son frère était décédé. »

« J’ai emmené mon fils, qui était blessé au ventre, à l’hôpital, mais il est décédé dans la salle d’opération », a-t-il ajouté.

Pays le plus pauvre de la péninsule arabique, le Yémen est dévasté depuis 2014 par le conflit qui oppose les Houthis, des rebelles soutenus par l’Iran, et les forces progouvernementales appuyées par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite voisine.

La guerre a fait des centaines de milliers de morts et des millions de déplacés.

Une trêve nationale, en vigueur depuis début avril, a donné un peu de répit à une population confrontée à l’une des pires tragédies humanitaires au monde et à une situation de quasi famine.

Les restes de munitions explosives, y compris les mines terrestres et les munitions non explosées, ont fait 338 victimes civiles, dont 129 décès, en 2021 au Yémen, estime le projet de surveillance de l’impact civil.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...