Yémen: « compromis préliminaire » pour un début de redéploiement de combattants
Rechercher

Yémen: « compromis préliminaire » pour un début de redéploiement de combattants

Ce compromis a été obtenu au terme de quatre jours de discussions menées par la mission d'observation de l'ONU de la trêve en vigueur depuis décembre

Les forces pro-gouvernementales yéménites se sont rassemblées dans une rue de la banlieue est de Hodeida le 13 novembre 2018, alors qu'elles continuaient à se battre pour le contrôle de la ville par les rebelles houthis. (Crédit : STRINGER / AFP)
Les forces pro-gouvernementales yéménites se sont rassemblées dans une rue de la banlieue est de Hodeida le 13 novembre 2018, alors qu'elles continuaient à se battre pour le contrôle de la ville par les rebelles houthis. (Crédit : STRINGER / AFP)

« Un compromis préliminaire a été accepté » par le gouvernement yéménite et les rebelles Houthis pour un début de redéploiement de combattants à Hodeida et l’ouverture de couloirs humanitaires, a annoncé jeudi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Ce compromis a été obtenu au terme de quatre jours de discussions sur un navire aux abords de Hodeida, menées par la mission d’observation de l’ONU de la trêve en vigueur depuis décembre.

Il va être soumis par les parties à leurs dirigeants, a indiqué le porte-parole, et de nouvelles discussions avec les deux parties sont envisagées la semaine prochaine par l’ONU « avec l’objectif de finaliser les détails des redéploiements ».

Pendant quatre jours, « les parties ont travaillé ensemble de manière constructive pour résoudre les questions pendantes sur un redéploiement mutuel de forces et l’ouverture de couloirs humanitaires », a précisé Stéphane Dujarric.

« Néanmoins, il reste des défis à relever, notamment en raison de la complexité des lignes de front actuelles », a-t-il ajouté.

« Les deux parties ont donné leur engagement ferme à observer et renforcer d’ici là le cessez-le-feu » en vigueur depuis le 18 décembre, a enfin indiqué le porte-parole.

Prévu par un accord de paix conclu début décembre en Suède, le redéploiement de combattants hors des ports de Hodeida, Saleef et Ras Issa, a pris du retard et n’a toujours pas été engagé.

La ministre des Affaires étrangères suédoise Margot Wallstrom et l’envoyé spécial de l’ONU au Yemen Martin Griffiths et les délégations du gouvernement yéménite et des rebelles houthis durant les négociations de paix à Rimbo, en Suède, le 7 décembre 2018. (Crédit : Stina STJERNKVIST / TT News Agency / AFP)

D’autres discussions ont été menées en parallèle en Jordanie afin de concrétiser un échange de prisonniers entre les deux camps qui lui aussi a pris du retard par rapport aux engagements d’origine des deux parties.

Le conflit au Yémen a fait quelque 10 000 morts, en majorité des civils, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et mis 14 millions de Yéménites au bord de la famine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...