Yémen : le pays le plus pauvre du Moyen-Orient
Rechercher

Yémen : le pays le plus pauvre du Moyen-Orient

Plus des trois quarts des 22 millions d'habitants du pays dépendent de l'aide humanitaire pour survivre

Un enfant yéménite emporté vers un hôpital après avoir été blessé lors d'une attaque aérienne présumée contre le bastion des Houthis soutenus par Iran dans la province de Saada, le 9 août 2018 (Crédit :  AFP)
Un enfant yéménite emporté vers un hôpital après avoir été blessé lors d'une attaque aérienne présumée contre le bastion des Houthis soutenus par Iran dans la province de Saada, le 9 août 2018 (Crédit : AFP)

Ravagé par la guerre, en proie à la « pire crise humanitaire au monde », selon l’ONU, le Yémen est aussi le pays le plus pauvre du Moyen-Orient.

Englué dans le conflit

La conquête en septembre 2014 de la capitale Sanaa par les rebelles Houthis a été suivie en mars 2015 par l’intervention d’une coalition menée par l’Arabie saoudite pour soutenir militairement le pouvoir. Originaires du nord du Yémen, les rebelles Houthis, issus de la minorité zaïdite, une branche du chiisme, sont appuyés politiquement par l’Iran qui nie toutefois leur fournir une quelconque aide militaire.

La guerre a fait quelque 10 000 morts, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Deux millions de personnes ont été déplacées.

Mais les groupes de défense des droits de l’Homme affirment que le nombre réel de victimes pourrait être cinq fois plus élevé.

Outre le conflit entre les Houthis et les forces loyales au président Abd Mansour Rabbo Hadi, des affrontements ont aussi éclaté entre un mouvement séparatiste sudiste et les forces progouvernementales.

Des forces yéménites progouvernmentales aux abords d’Hodeida, mènent un combat pour reprendre la ville des mais des Houthis, le 10 novembre 2018. (Crédit : STRINGER/AFP)

Les jihadistes d’Al-Qaïda et du groupe Etat islamique (EI) sont aussi actifs au Yémen et ont commis plusieurs attentats meurtriers ces dernières années. Les Etats-Unis mènent régulièrement des frappes de drones contre Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

Désastre humanitaire

En octobre 2018, les Nations unies ont réaffirmé que la situation humanitaire au Yémen était « la pire au monde ». Selon l’ONU, 8,4 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire grave ».

« Dans le pire cas, ce chiffre de 8,4 millions pourrait augmenter de 5,6 millions, mettant le nombre total de personnes au Yémen en conditions de pré-famine à 14 millions », toujours selon l’ONU.

Un enfant souffrant de malnutrition pris en charge à l’hôpital Aslam Health Center, à Hajjah, au Yemen, le 1 octobre 2018. (Crédit : AP/Hani Mohammed)

Selon une estimation publiée par Save The Children, 85 000 enfants seraient morts de faim ou de maladie depuis l’intensification de la guerre en 2015. D’autres ont été tués dans les combats.

Le plus pauvre du Moyen-Orient

L’économie du Yémen, pays le plus pauvre du Moyen-Orient, s’est totalement effondrée. La production de pétrole et de gaz est à l’arrêt. Le riyal, la monnaie locale, a perdu plus de 36% de sa valeur en 2018, malgré un dépôt saoudien de deux milliards de dollars à la Banque centrale.

La chute du riyal a provoqué une forte hausse des prix des produits de base, en particulier des denrées alimentaires. Plus des trois quarts des 22 millions d’habitants du pays dépendent de l’aide humanitaire pour survivre.

Patrimoine en péril

Situé dans le sud-ouest de la péninsule arabique, le Yémen est le pays de la légendaire civilisation de Saba. Connu sous le nom d’Arabia Felix (Arabie heureuse), ancienne appellation datant de 400 av. J.C., il regorge de trésors architecturaux.

Mais la vieille ville de Sanaa, inscrite depuis 1986 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, est désormais considérée en péril en raison du conflit.

Des maisons classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO dans la vieille ville de capitale yéménite Sanaa en partie détruites le 12 juin 2015 suite à une frappe aérienne menée par l’Arabie saoudite (Crédit : AFP PHOTO / MOHAMMED HUWAIS)

Édifiée dans une vallée au milieu des montagnes, Sanaa était au VIIe et VIIIe siècles un important centre de propagation de l’islam, avec plus de 100 anciennes mosquées.

L’ancienne ville fortifiée de Shibam (est), appelée « Manhattan du désert » en raison de ses maisons-tours, et la ville historique de Zabid (ouest) font également partie du patrimoine en péril.

Le qat

Mâcher du qat, plante euphorisante, est une habitude ancestrale au Yémen, même si certains hommes politiques dénoncent les problèmes environnementaux, sociaux et économiques causés par cette plante, dont la culture assèche le pays, déjà l’un des plus arides au monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...