Rechercher

Yitzhar : un policier blessé par des extrémistes pro-implantations

Les agents de la police des frontières ont été agressés à leur arrivée dans cette implantation sensible pour démanteler une structure construite dans une zone militaire fermée

Un véhicule de la police des frontières avec une vitre brisée après une attaque aux jets de pierre et aux pots de peinture aux abords de Yitzhar, en Cisjordanie, le 11 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)
Un véhicule de la police des frontières avec une vitre brisée après une attaque aux jets de pierre et aux pots de peinture aux abords de Yitzhar, en Cisjordanie, le 11 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)

De jeunes extrémistes se sont heurtés aux forces de sécurité aux abords d’une implantation sensible du nord de la Cisjordanie, lundi soir. Au moins un agent de la police des frontières a été blessé au cours de ces affrontements, selon un porte-parole des forces de l’ordre.

Les troupes de la police des frontières tentaient de démanteler un chapiteau qui avait été dressé dans une zone militaire fermée située à proximité de Yitzhar lorsqu’elles ont été attaquées par ce groupe de partisans du mouvement pro-implantation, qui leur ont jeté des pierres et des pots de peinture.

Un agent a été légèrement blessé par un bout de verre. Il a été examiné par un médecin de l’armée, a indiqué la police.

De plus, les forces de sécurité ont trouvé des barres en métal sur la route qui jouxte la zone militaire fermée. Selon la police, elles devaient être utilisées pour vandaliser les véhicules des agents.

Trois voitures de police ont été endommagées dans l’attaque et les agents ont utilisé des moyens de dispersion d’émeutes pour mettre fin aux échauffourées.

Il n’y a pas eu d’arrestation.

Un véhicule de la police des frontières avec une vitre brisée après une attaque aux jets de pierre aux abords de Yitzhar, en Cisjordanie, le 11 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)

Cet incident a été condamné « avec force » par le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, dans un bref communiqué émis par l’armée lundi.

« Les violences à l’encontre des soldats relèvent d’un comportement criminel qui exige une réponse rapide et rigoureuse qui permettra d’amener leurs auteurs devant la justice », a dit Kohavi.

« Il n’y a aucune différence entre les milices de voyous Juifs qui attaquent et qui blessent les agents de la police des frontière à Yitzhar et les voyous arabes qui agressent à Kafr Qassem, » a commenté pour sa part le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, se référant aux trois agents de sécurité arabes d’une ville arabe israélienne qui ont attaqué des agents de police au début du mois.

Un véhicule de la police des frontières avec une vitre brisée après une attaque aux jets de pierre aux abords de Yitzhar, en Cisjordanie, le 11 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)

« A Yitzhar, ces habitants d’implantation qui pensent être autorisés à défier l’autorité d’Israël et à lever la main contre les hommes qui portent l’uniforme doivent être également traités avec une détermination sans compromis », a ajouté Barlev.

Yitzhar et les avant-postes environnants sont le théâtre de heurts fréquents entre forces de sécurité et habitants d’implantation.

La zone militaire fermée avait été mise en place il y a deux ans suite à une série d’attaques violentes menées contre des Palestiniens et contre la police par un certain nombre de jeunes extrémistes du secteur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...