Rechercher

Yom HaZikaron : Netanyahu exhorte Abbas à cesser de financer les terroristes

Le Premier ministre a affirmé que l’AP avait dépensé 1 milliard de dollars ces dernières années pour payer les attaquants emprisonnés

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la cérémonie de Yom HaZikaron au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 1er mai 2017. (Crédit : Amit Shabi/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la cérémonie de Yom HaZikaron au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 1er mai 2017. (Crédit : Amit Shabi/Pool)

Pendant une cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé lundi l’Autorité palestinienne (AP) à cesser de payer les terroristes et leurs familles qui ont mené des attaques contre des Israéliens, et à plutôt financer les efforts de paix.

Mahmoud Abbas, le président de l’AP, se prépare à rencontrer mercredi le président américain Donald Trump à Washington.

Netanyahu s’est exprimé pendant la cérémonie nationale organisée sur le mont Herzl de Jérusalem pendant que le pays commémore Yom HaZikaron, la journée du souvenir des soldats tombés au combat et des victimes du terrorisme.

Le président Reuven Rivlin, le président de la Knesset Yuli Edelstein, la présidente de la Cour suprême Miriam Naor, le chef de la police Roni Alsheich, le directeur du Mossad Yossi Cohen et celui du Shin Bet Nadav Argaman, des députés et des familles endeuillées assistaient également à la cérémonie.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un rassemblement commémorant le 12e anniversaire du décès de Yasser Arafat à Ramallah, en Cisjordanie, le 10 novembre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un rassemblement commémorant le 12e anniversaire du décès de Yasser Arafat à Ramallah, en Cisjordanie, le 10 novembre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

« Les terroristes attaquent des innocents, juifs ou non, en Israël et à l’étranger, a dit Netanyahu. Ces terroristes atroces ont un salaire mensuel versé par l’Autorité palestinienne. Plus vous tuez, plus vous gagnez. »

L’AP dépense 350 millions de dollars par an pour verser une rente aux terroristes emprisonnés en Israël ou aux familles des terroristes tués pendant une attaque, a dit le Premier ministre. Ces dernières années, elle a dépensé un milliard de dollars pour ces versements.

« Pensez à ce qui aurait pu être fait avec un milliard de dollars, a dit Netanyahu. Comment pouvez-vous parler de paix quand en même temps vous financez des meurtriers qui ont assassiné des Israéliens ? »

Le Premier ministre a appelé l’AP à abolir les lois qui exigent le financement des terroristes et de leurs familles.

« Financez la paix », a-t-il imploré.

Minutes de silence à Jérusalem pendant Yom HaZikaron, le 1er mai 2017. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Minutes de silence à Jérusalem pendant Yom HaZikaron, le 1er mai 2017. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Plus tôt dans la journée, pendant une cérémonie officielle d’hommage aux soldats morts au combat, Netanyahu a déclaré qu’Israël n’avait survécu que grâce aux sacrifices faits par les défenseurs du pays.

« Nous avons appris à parler de nos aimés au passé, a dit Netanyahu. Moi aussi. C’est un fardeau insupportable. Les blessures du passé et la perte ne se soignent jamais complètement. »

Yonatan Netanyahu, le frère du Premier ministre, officier de Tsahal, a été tué pendant qu’il dirigeait une opération commando pour libérer les civils israéliens pris en otage par des terroristes à l’aéroport d’Entebbe, en Ouganda, en juillet 1976.

Le Premier ministre a également promis de travailler au retour en Israël des corps d’Oron Shaul et de Hadar Goldin, deux soldats israéliens tués au combat pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza. Leurs corps sont détenus par le Hamas, le groupe terroriste qui règne sur Gaza.

« Nos vies dépendent toujours de la volonté d’héroïsme et de sacrifice de nos fils et de nos filles, a dit Netanyahu. C’est une condition nécessaire de notre existence. Nous n’avons pas d’autre choix que de continuer à défendre notre pays, même si cela entraîne de perdre les meilleurs de nos enfants. »

Depuis 1860, quand le premier quartier juif a été fondé à l’extérieur des murs de la Vieille Ville de Jérusalem, 23 544 hommes et femmes sont morts en servant au sein des services de sécurité d’Israël et de la communauté juive pré-étatique, selon les chiffres officiels.

Pnina Saror, la fille de Pinhas Saror, qui a été tué pendant la campagne de Suez en 1956, a allumé une flamme du souvenir au début de la cérémonie. Uzi Kirma, dont le fils, le policier Yosef Kirma, a été tué par un terroriste palestinien pendant une attaque à Jérusalem en octobre 2016, a ensuite prononcé le Kaddish, la prière des morts, avant que Netanyahu ne prononce son discours.

Rivlin, Netanyahu et Edelstein, entre autres, ont déposé des gerbes de fleurs pendant la cérémonie.

Israéliens endeuillés sur les tombes des soldats morts au combat au cimetière militaire du mont Herzl de Jérusalem, pour Yom HaZikaron, le 1er mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Israéliens endeuillés sur les tombes des soldats morts au combat au cimetière militaire du mont Herzl de Jérusalem, pour Yom HaZikaron, le 1er mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une autre cérémonie avait lieu en même temps au cimetière militaire Kiryat Shaul de Tel Aviv, à laquelle assistait le ministre de la Défense Avigdor Liberman.

Cette journée est marquée tous les ans par des allumages de bougies, de la musique mélancolique à la radio, et les journaux et les programmes télévisés diffusent des sujets sur les morts.

Yom HaZikaron a commencé dimanche soir à 20h00 par une sirène d’une minute. Certains évènements ont été organisés avant, comme une cérémonie notamment un évènement officiel pour les soldats morts au front à Yad Lebanim, le Mémorial des Fils, à Jérusalem, où était présent Netanyahu. Yom HaZikaron se terminera à 20h00, et le pays célèbrera alors Yom HaAtsmaout.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...