Au moins une douzaine de pierres commémoratives de l’Holocauste ont été volées à Berlin avant l’anniversaire du pogrom de la Nuit de Cristal.

Les « Stolpersteine », ou « pierres commémoratives », sont des monuments de la taille d’un pavé de couleur or, encastrés dans les trottoirs de Berlin et d’autres villes d’Allemagne et d’Europe.

Lundi, les monuments commémoratifs ont été déterrés et volés dans plusieurs rues du quartier de Neukölln, a rapporté le Deutch Welle.

Les coordinateurs locaux du projet Stolpersteine ​​de Berlin ont écrit sur Twitter que les pierres seraient « remplacées le plus rapidement possible », a rapporté le service de presse.

Un politicien local, Fritz Felgentreu, a blâmé les membres de l’extrême droite, notant que l’incident s’est passé au moment de l’anniversaire de la Nuit de Cristal, qui a eu lieu les 9-10 novembre 1938. Il a dit qu’il y avait une forte présence d’extrême droite dans le voisinage.

L’artiste allemand Gunter Demnig est à l’origine de l’idée du projet commémoratif datant des années 90, après avoir entendu une femme âgée nier qu’il y ait eu des victimes de l’Holocauste dans sa ville. Les pierres sont placées à la dernière adresse connue des victimes de l’Holocauste, avec le nom, la date de naissance et la fatalité de la personne.

Quelque 63 000 pierres ont été installées en Allemagne et dans d’autres pays européens depuis le début du projet, a rapporté Deutch Welle, citant Demnig.