Israël a confirmé avoir gelé les projets de construction de logements destinés à des Palestiniens dans les 60 % de la Cisjordanie sous contrôle total d’Israël (dits « zone C »), a indiqué lundi un responsable du ministère de la Défense.

« Cette mesure qui est désormais appliquée avait été prise en avril en réponse aux demandes d’adhésions des Palestiniens à 15 accords et traités internationaux qu’ils ont présentées au début avril contrairement aux engagements qu’ils avaient pris », a précisé à l’AFP un responsable de l’administration militaire israélienne.

Le général Yoav Mordehaï, chef de l’administration militaire dans les territoires palestiniens, a confirmé dimanche que ce gel était désormais imposé lors d’une intervention devant une commission du Parlement. Cette sanction concerne une série de projets qui avaient obtenu auparavant le feu vert du ministre de la Défense Moshé Yaalon.

« Ces projets portaient sur la construction d’environ 600 logements ainsi que sur la légalisation d’habitations érigées sans permis », a ajouté ce responsable.

L’administration militaire a également gelé cinq projets « illégaux » financés par des dons en provenance de pays étrangers. Ces programmes portaient sur un terrain de jeux financé par le gouvernement italien, la modernisation de puits avec un financement suédois, la distribution dans deux cas de tentes par l’ONU ainsi que d’abris par une ONG française.

« Nous suivons une nouvelle politique qui consiste à arrêter tout projet illégal financé par des dons étrangers et à porter immédiatement plainte auprès des consulats et ambassades des pays concernés », a ajouté ce responsable.

L’administration militaire a recensé l’an dernier 1.646 constructions illégales en Cisjordanie. Sur ce total 1.288 avaient été construites par des Palestiniens et 373 d’entre elles ont été détruites. Du côté des colons israéliens, 358 constructions illégales ont été recensées et 147 ont été détruites.

Le quotidien Haaretz souligne que l’annonce du gel de la construction en « zone C » restée entièrement sous le contrôle de l’armée israélienne contredit un récent jugement de la Cour suprême pour qui l’avancement de projets de construction en Cisjordanie ne doit dépendre que de considérations « professionnelles » et non pas politiques.

Le Conseil central palestinien de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a adopté dimanche un plan prévoyant la poursuite des démarches d’adhésion à une soixantaine d’instances de l’ONU et accords internationaux.